"Epitaphe" de Gérard de Nerval Commentaire Composé by Pauline06

"Epitaphe" de Gérard de Nerval
Commentaire composé portant sur ce poème de Gérard de Nerval, dont le titre fait référence à l’inscription funèbre placée sur une pierre tombale.
№ 4157 | 960 mots | 0 sources | 2007
Publié le mars 06, 2008 in Littérature
4,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Ce texte met en évidence la rencontre d’un homme avec sa propre mort et pose la question suivante : quels sont les différents visages de l’homme face à la mort ?
Cette étude s’articule autour de trois étapes relatives à cette ultime rencontre : la mort tue l’homme et son corps, la mort rattrape l’écrivain et son œuvre, et l’acteur et son âme face à la mort.

Extrait du document:

Pour l’auteur, la mort est d’abord appréhendée comme un vandale qui tuerait l’homme en abîmant son corps. On découvre les états d’âme de l’homme traduits par l’antithèse de termes mélioratifs et péjoratifs avec «triste» / «gai» ou encore «insoucieux» / «sombre», et par des répétitions : «tantôt», «tantôt», «tour à tour». Le personnage évolue, fluctue sans cesse et nage dans une forme d’inconstance qu’il espère passagère. On peut donc affirmer qu’il cherche un moyen d’atteindre le bien-être, le contentement avant sa mort. Aussi, observe-t-on une accumulation d’adjectifs comme «amoureux», «tendre», «rêveur» et des allitérations en «t» et en «r» : «tour à tour», «tantôt, sombre et rêveur» qui suggèrent le trouble et la tristesse chez l’homme.
De plus, l’homme apparaît anonyme avec le pronom personnel «il» et la mort impersonnelle avec le pronom impersonnel «on». La notion de temps est également introduite par plusieurs indicateurs temporels tels que «un jour», «tantôt», «puis», «alors», «le moment où», «un soir d’hiver». L’existence du personnage semble fondée sur le rythme. Elle constitue une sorte d’acheminement cadencé vers la mort.
Ainsi, il convient de dire que l’homme est versatile face à la mort. Il subit amèrement les états d’âme de la vie, et plonge dans un océan de tourments. L’homme affiche d’abord le visage du déséquilibre.

Commentaires