"Hernani" de Victor Hugo-Acte II, scène 2 Commentaire Composé by Aelhus

"Hernani" de Victor Hugo-Acte II, scène 2
Commentaire composé portant sur un extrait de la scène 2 de l'acte II de cette pièce de théâtre romantique, qui constitue une révolte poétique : une provocation de la part de Victor Hugo contre l’ordre établi.
№ 4134 | 1,260 mots | 0 sources | 2006
Publié le mars 05, 2008 in Littérature , Danse et Théâtre
4,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans cet extrait, Doña Sol, qui doit s’enfuir avec Hernani, sort de chez elle et se trouve face à face avec Don Carlos. Celui-ci l’empêche de rentrer ; il tente d’abord d’acheter son amour en lui promettant des titres, puis essaie de la contraindre à le suivre par la force. Elle lui prend son poignard (qu’il a à la ceinture), l’en menace et appelle Hernani, qui surgit de l’ombre.
L’intérêt de ce texte tient avant tout à la scène de conflit violent, d’une intensité saisissante, qu’il décrit, mais aussi à son éminente portée critique.


Extrait du document:

En 1830, Hugo a présenté au public français "Hernani", drame désormais emblématique du mouvement romantique. La première représentation à la Comédie Française, le 25 février 1830 a donné lieu à une véritable querelle entre les partisans du Romantisme et du Classicisme et a même été qualifiée de «14 juillet littéraire».
(...) Subjugué par le désir irrépressible qui l’attire vers Doña Sol, Don Carlos tente d’obtenir par la force ce qu’il ne peut obtenir par la persuasion, ce qui fait de cette scène une scène de conflit violent, d’une intensité saisissante. Cette violence s’exprime aussi bien physiquement que verbalement au cours de l’extrait, et on peut constater qu’un véritable rapport de forces a lieu entre les deux personnages.
La violence physique est omniprésente, et apparaît principalement dans les didascalies placées par l’auteur. Ainsi, il est indiqué que Don Carlos saisit Doña Sol «avec violence», cette dernière appelle Hernani «avec force», et on peut de plus remarquer la présence de nombreux verbes suggérant des actions rapides et brusques, tels «se jette», «se débat», «arrache».
Quoi que moins présente, on retrouve aussi cette brutalité dans le dialogue : «ma main plus que la vôtre est forte» implique que le Roi est prêt à recourir à la force pour arriver à ses fins.

Commentaires