"Du contrat social"de Jean-Jacques Rousseau Commentaire de Texte

"Du contrat social"de Jean-Jacques Rousseau
Commentaire de textes extraits du Livre I, chapitres 1 à 5 du "Contrat social" de Rousseau, concernant le passage de l'état de nature à l'état civil et l'importance de la norme sociale.
№ 10117 | 1,650 mots | 0 sources | 2009
Publié le févr. 12, 2009 in Littérature , Philosophie , Sciences Politiques
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les extraits proposés à l'étude sont tirés du Livre premier du contrat social, intitulé : "Où l'on recherche comment l'homme passe de l'Etat de nature à l'état civil, et quelles sont les conditions essentielles du pacte". Les cinq premiers chapitres répondent à la première des interrogations explicitées dans l'intitulé. Pour Rousseau, le passage de l'état de nature à l'état civil est déjà fait. La question centrale est de savoir « Qu'est-ce qui peut le rendre légitime ? » (Livre I, I). Pour Rousseau, ce qui rend légitime ce changement, c'est une norme : le pacte social.
Ce pacte marque donc le passage d'un état à l'autre. Quelle est donc sa source, son moteur ? Si ce passage doit être légitimé, donc conforme à un droit, auquel le doit-il ? Pourrait-il tirer son fondement du droit du plus fort ?

Extrait du document:

Le philosophe va habilement user des lacunes qui résultent de ce qu'il considère comme l'interdépendance des concepts d'aliénation et de pactes de soumission. En invoquant l'indissociabilité de ces deux notions, Rousseau va tenter d'invalider ces thèses. Aliéner c'est donner ou vendre, écrit-il. Pour Rousseau, les esclaves ne se donnent pas, mais leur aliénation consiste en la vente de leur substance. Rousseau remet ici en cause l'idée selon laquelle les hommes puissent consentir à déléguer leur gouvernance propre, leur liberté, leur volonté, leur jugement, leur personne, et jusqu'à leurs biens au profit d'un seul dont la voix serait celle de tous, en mettant en exergue les difficultés inhérentes à cette théorie de pacte de soumission que Rousseau voit comme « un droit à l'esclavage », une aliénation.

Commentaires