"Institutes" de Gaius - 6ème séance Commentaire de Texte by Antox

"Institutes" de Gaius - 6ème séance
Commentaire d'un extrait des "Institutes" de Gaius, un cours destiné aux juristes de l'époque sur les sources du droit qui s'interroge sur les différentes sources du droit romain et de la manière de les classer.
№ 9616 | 1,600 mots | 0 sources | 2007
Publié le janv. 04, 2009 in Histoire , Droit
4,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les "Institutes" est un manuel d'enseignement qui correspond à une année d'études dans la formation de futurs juristes. Il obtient un succès considérable en raison de la rationalité de sa présentation. En effet, Gaius fait d'abord une introduction sur les sources du droit. Puis il organise son propos dans un plan tripartite : «Tout le droit que nous utilisons se rapporte soit aux personnes, soit aux biens, soit aux actions». Cette présentation est encore celle du code civil français (même plan tripartite) et de bien des manuels de droit contemporain, développant les distinctions entre les personnes et les biens, ou entre les sujets du droit, les objets du droit et les sanctions du droit.

I. Les sources obsolètes
A- La loi
B- Les plébiscites
C- Les Sénatus-consultes

II. Les sources actives
A- Les constitutions impériales
B- L'édit du prêteur
C- Les réponses des prudents (les responsa)

Extrait du document:

On ne connaît Gaius que par son prénom. Parmi les explications possibles, on peut imaginer qu'il n'était pas citoyen romain, ou qu'il l'était depuis peu. On peut aussi imaginer qu'on l'appelait par son prénom parce qu'il était très connu, ou qu'il s'agissait d'un pseudonyme. Certains historiens se sont même demandés s'il ne s'agissait pas d'une femme, en raison du caractère féministe de son œuvre. Il se moque en effet de ceux qui considèrent les femmes comme totalement «incapables ». Gaius a enseigné sous le règne d'Hadrien qui était un amoureux de l'hellénisme. Il contribua à finir d'helléniser l'orient. Les vieux romains faisaient assassiner les Gracques (nobles voulant démocratiser l'empire romain, modernes et amoureux de culture grecque). Mais avec l'empire les hellénisants l'ont emporté. Hadrien s'est placé à la tête de ce mouvement. Le droit romain de cette époque était très formaliste : ritualisme très poussé.

Commentaires