"La nuit" d'Elie Wiesel Commentaire de Texte

"La nuit" d'Elie Wiesel
Commentaire du premier ouvrage d'Elie Wiesel, qui traite plus particulièrement du thème de l'identité.
№ 1124 | 2,310 mots | 5 sources | 2007
Publié le août 29, 2007 in Histoire , Littérature , Sociologie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La nuit, toute première œuvre d’Elie Wiesel, publiée avec l’aide de François Mauriac, est le premier volume d’une trilogie — La nuit, témoignage qui date de 1958, L’aube, récit publié en 1960, et Le jour, roman publié en 1961 — reflétant l'état d'esprit de l'auteur pendant et après la Shoah. Dans ses témoignages, le prix Nobel de la paix célèbre la mémoire collective juive et dépasse le souvenir des atrocités subies et la tentation du talion par un appel vers l’avenir de son peuple.
Un des thèmes propres à l’ouvrage "La nuit", et plus généralement à la littérature concentrationnaire, est celui de l’identité.

Extrait du document:

Effectivement, Auschwitz est le lieu où disparaît toute humanité. Les hommes sont tout sauf des hommes : « taureau, loup, arbre, chiens, porc, cochon, agneau, ver », voilà à quoi se compare Eliezer, lui, ses compagnons et les S.S. En parlant d’un kapo p.101 « toi…toi… et toi… désignait-il du doigts comme on choisit une bête, une marchandise », ou encore, un employé civil allemand ne « fit guère plus attention à chacun de nous qu’un commerçant à une livraison de vieux chiffons » p.102. A force d’être considérés comme tels, les détenus eux-mêmes se comportent comme des animaux. Aux pages 61, et 62 on constate le manque de civilité des détenus entre eux : « Les gens faisaient leurs besoin dans un coin », « libérés de toute censure sociale, les jeunes se laissaient ouvertement aller à leurs instincts ». Leur pain est rationné, ils vont aux cheminées comme « le bétail à l’abattoir ». Le narrateur est notamment choqué par le traitement infligé aux bébés à la page 75, ils sont déversés comme n’importe quelle autre charge par un camion.
  • Commentaire de texte d'un extrait de "Voyage au bout de la nuit" intitulé "On y passerait tous", dans lequel le narrateur, Ferdinand Bardamu, après s'être engagé sur un coup de tête, découvre la réalité de la guerre dans toute son horreur.
    № 9969 | 1,735 mots | 0 sources | 2009 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire de l'article « La nuit du 4 août », issu du Journal de Paris portant sur la série de mesures qui vont mettre à bas le régime féodal et les privilèges au profit d'une société plus libérale et égalitaire prise par les députés des trois ordres.
    № 23650 | 2,865 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    9,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire composé sur le poème "La nuit de décembre"de Musset expliquant en quoi ce poème est caractéristique du XIème siècle.
    № 27417 | 1,125 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires