"Le plan Marshall" : discours du 5 juin 1947 Commentaire de Texte by cheikh

"Le plan Marshall" : discours du 5 juin 1947
Commentaire de ce célèbre discours pronocé à Harvard dans lequel l'auteur jette les base de ce que les journalistes de l’époque baptisèrent le plan Marshall.
№ 4291 | 2,990 mots | 3 sources | 2008
Publié le mars 12, 2008 in Histoire , Relations Internationales
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le plan Marshall constitue un tournant dans l’histoire des relations internationales tant entre les Etats-Unis et l’Europe, qu’entre les deux Europe, occidentale et orientale.
En 1947, Marshall devient secrétaire d’Etat, ce qui lui offre la possibilité de se lancer dans la réalisation du fameux «Programme de reconstruction européenne», qui permit d’injecter des sommes d’argent considérables dans l’aide à la reconstruction européenne.
Ce commentaire examine d'abord la crise profonde que connaît l’Europe et corollairement la nécessité d’une aide américaine. Puis la manière dont Marshall justifie le maintien des Etats-Unis dans les affaires européennes avant de voir les termes précis de l’aide américaine accordée à l’Europe.

Extrait du document:

George Marshall s’adresse directement aux Américains dans son discours d’Harvard et il souhaite leur faire prendre conscience de la situation «très grave» (l.1) dans laquelle se trouve l’Europe. L’ancien général américain fait un bilan de la situation.
Il fait d’abord référence aux formidables destructions qu’a connut le vieux continent pendant la guerre quand il évoque les «besoins de la reconstruction de l’Europe» (l.2).
En effet, les destructions matérielles sont incalculables. Ce sont surtout «les villages» (l.2) et les villes d’une part qui furent ciblées par les bombardements. Ainsi en Grande Bretagne presque un quart des immeubles sont détruits, la ville de Coventry fut rasée, et des quartiers entiers de Londres ont été réduits à l’état de ruine.
L’autre cible prioritaire des bombardements fut les voies de communication notamment les «voies ferrées» (l.3) mais aussi de nombreux ponts, ce qui a pour conséquence entre autre de graves problèmes d’acheminement des marchandises et de déplacement des Hommes. Ensuite Marshall évoque la catastrophe humanitaire qu’a connue l‘Europe.
«Les pertes en vies humaines» (l.2) sont estimées entre 50 et 60 millions de personnes. Cela dit le nombre de victimes de la guerre est largement moins élevé à l’ouest qu’à l’est de L’Europe (600 000 morts pour la France, 17 millions pour l’Urss et 7 millions pour la Pologne).
Or le plan Marshall vise en priorité à aider les pays occidentaux, qui ne sont pas (encore) sous domination soviétique. Marshall évoque aussi les destructions des «mines» (l.3) et des «usines» (l.2) bien que celles-ci furent relativement épargnées par les frappes militaires. Ainsi le potentiel industriel de L’Allemagne ne fut réduit que de 30% à la fin de la guerre.

Commentaires