« Planétarium », Nathalie Sarraute Commentaire de Texte by Lazalia

« Planétarium », Nathalie Sarraute
Commentaire linéaire de la dernière section du chapitre 15 de l'œuvre « Planétarium », de Nathalie Sarraute montrant le personnage de tante Berthe dans un perpétuel mouvement d'oscillation entre des opposés.
№ 17487 | 2,180 mots | 0 sources | 2010
Publié le juin 30, 2010 in Littérature
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Nathalie Sarraute est un auteur qui s'intéresse aux Tropismes et qui considère que ces derniers sont plus importants que la réalité extérieure. Ainsi, Le Planétarium est une oscillation entre conversation – sous-conversation, entre réalité extérieure et réalité intérieure. Les frontières entre ces deux niveaux ne sont pas tracées, nous ne savons jamais vraiment à quel moment la réalité extérieure est passée dans les tropismes et vice-versa. Le passage que nous avons à commenter est la dernière section du chapitre 15, il débute à « Elle est perdue » et se termine à «face à la meute ». Dans tout ce chapitre 15, nous sommes dans l'intériorité de tante Berthe. Nous allons ainsi commenter dans les grandes lignes ce chapitre avant de nous attarder plus longuement sur la dernière section qui nous intéresse.

Extrait du document:

La première section entraîne la seconde : elle est encerclée, les ouvriers arrivent. De nouveaux ennemis. Les ouvriers arrivent accompagnés de la porte, une autre ennemie. Le mouvement est lancé, on a l'impression d'une spirale qui ne peut plus s'arrêter. Il n'y a pas de retour en arrière possible : la porte est là, bien installée, on ne peut plus faire demi-tour. Pourtant cette porte a toujours un air pitoyable, comme dans le premier chapitre.
  • Fiche de lecture du livre "L'Elite artiste : Excellence et singularité en régime démocratique", dans lequel la sociologue Nathalie Heinich présente une analyse du rôle de l’artiste dans la société française.
    № 2199 | 1,790 mots | 0 sources | 2007 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire composé sur un texte tiré du dixième livre des "Tropismes" de Nathalie Sarraute ; d'après elle, l'expression de la joie et de la liberté féminine se heurte à une vie superficielle et monotone qui correspond à la vision de la femme et du monde
    № 17919 | 975 mots | 0 sources | 2009 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Fiche de lecture portant sur l'ouvrage de Nathalie Heinich qui traite de la sociologie des professions artistiques et des pratiques culturelles.
    № 5547 | 3,585 mots | 0 sources | 2008 | détails
    10,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires