La notion de souveraineté est-elle compatible avec la représentation ? Dissertation by aide dissert

La notion de souveraineté est-elle compatible avec la représentation ?
Dissertation qui compare deux systèmes d'organisation politiques, la souveraineté nationale et la souveraineté populaire.
№ 7026 | 1,540 mots | 0 sources | 2008
Publié le juil. 06, 2008 in Sciences Politiques , Histoire
4,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Au XVIIIème siècle, deux conceptions différentes de la souveraineté dominent le débat politique. Rousseau avance que, dans un souci démocratique, la souveraineté doit être entièrement déléguée à l’ensemble des citoyens.
C’est le principe de la souveraineté nationale.
Sieyès, quant à lui, est plus pragmatique et considère que la représentation n’est pas seulement utile, mais indispensable à l’organisation et au bon déroulement de la vie politique.
C’est le principe de la souveraineté populaire.
Ce ne sont pas seulement deux systèmes d’organisation politique qui « s’affrontent » dans le débat qui oppose souveraineté nationale et souveraineté populaire, mais la définition même de la notion de souveraineté.

I. La représentation : une nécessité à l’exercice de la souveraineté
A) L’idéal démocratique de la souveraineté populaire et ses limites dans la pratique
B) La nécessité de la représentation du peuple par une élite compétente

II. La représentation : une amputation des pouvoirs du peuple
A) Les risques liés à la pratique du principe de souveraineté nationale : la perte de souveraineté populaire
B) Des solutions afin d’éviter la dérive

Extrait du document:

« Il y avait un grand vice dans la plupart des anciennes républiques : c’est que le peuple avait le droit d’y prendre des résolutions actives et qui demandent quelques exécutions, chose dont il est entièrement incapable. Il ne doit entrer dans le gouvernement que pour choisir ses représentants, ce qui est à sa portée. » Le raisonnement suivi par Montesquieu fait en fait référence à une question assez récurrente en politique : à qui et jusqu’à quel point faut-il déléguer le pouvoir, c’est à dire à qui la souveraineté va-t-elle de droit et doit-elle être déléguée totalement, sans réserves ?

Commentaires