Le bonheur réside-t-il dans la satisfaction des désirs ? Dissertation by Corymbosia

Le bonheur réside-t-il dans la satisfaction des désirs ?
Dissertation qui analyse s'il n'est pas préférable d'infliger des limites aux désirs pour pouvoir être pleinement heureux.
№ 6459 | 2,095 mots | 3 sources | 2006
Publié le juin 17, 2008 in Philosophie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Chacun peut avoir une conception du bonheur lié au plaisir différente, que le bonheur réside ou non dans la satisfaction des désirs, mais celle qui semble la plus raisonnable est bien celle de la modération des désirs, ou la morale épicurienne, qui permet la satisfaction de certains désirs en évitant l’excès et en trouvant le bonheur dans le présent. Il faut écouter son corps et réfléchir à ce qui pourrait lui procurer du bien, tout en étant altruiste et en sachant respecter les autres pour un bonheur profitable non seulement à soi mais aussi aux autres. Eviter l’excès et satisfaire nos besoins et quelques désirs profitables sont les éléments clefs du bonheur.

1. Selon les conceptions et les idéologies de chacun, le bonheur peut résider dans la satisfaction des désirs

2. La satisfaction des désirs n’est cependant pas toujours le meilleur moyen d’accèder au bonheur

3. Le bonheur réside dans les désirs jusqu’à une certaine limite : il faut savoir jusqu’à quel point il est bon de satisfaire ses désirs

Extrait du document:

La philosophie contemporaine accorde au plaisir une valeur positive. Aujourd'hui, nous sommes tous encouragés un jour où l’autre à satisfaire nos désirs. En effet, « Vivre ses désirs » est dans notre monde actuel une formule publicitaire banale. Beaucoup d’entre nous partagent l’opinion selon laquelle le bonheur est dans la satisfaction des désirs. Mais l’est-il vraiment ? Rechercher sans limites des objets que l’on imagine être source de satisfaction, permet-il réellement d’atteindre cet « état de la conscience pleinement satisfaite » qu’est le bonheur ? Est-il préférable de satisfaire tous ses désirs, ou au contraire de les réduire parce que leur multiplication peut engendrer le dégoût et l’ennui ?

Commentaires