L'art en philosophie Exposé by Clean69

L'art en philosophie
Exposé de philosophie qui cherche à savoir quelles spécificités possède l’art pour que celui-ci se soit émancipé de toutes productions techniques et deviennent action libre, pure création libérée de toute fin utilitaire ?
№ 4269 | 6,035 mots | 0 sources | 2008
Publié le mars 11, 2008 in Arts , Philosophie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

D’un côté, l’activité artistique semble constitutive de l’humanité dans la mesure où tous les peuples, à toutes les époques, ont produit ce qu’on appelle aujourd’hui des œuvres d’art.
Les premières œuvres d’art étaient des peintures rupestres dans la grotte Chauvet.
Cependant la notion d’œuvre d’art est récente. Beaucoup d’œuvres d’art ont été produites sans la conscience de faire des œuvres d’art. De même au Moyen-âge, l’artiste et l’artisan sont confondus : les peintures servaient en effet à l’éducation religieuse.

I. L’art et la réalité
A. La dimension révélatrice de l’œuvre d’art
B. L’œuvre d’art comme échappatoire à la réalité

II. Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?
A. L’œuvre d’art relève du génie
B. L’art est une spiritualisation de la matière
C. L’œuvre finie, la condition de l’artiste

III. Le beau dans la nature
A. L’objet beau est un objet de plaisir désintéressé
B. Beau naturel et beau artistique
C. La beauté libre

Extrait du document:

Kant distingue deux espèces de beauté :
La beauté adhérente : elle suppose le concept de ce qu’une chose doit faire référence à la perfection qualitative et quantitative de chaque chose en son genre. Quand on juge de façon adhérente qu’une chose est belle, on compare donc la chose à son concept, et on apprécie l’écart ou l’accord qui existent entre l’objet et sa définition. La beauté dite «adhérente» signifie que la valeur d’une œuvre est liée à une fonction autre qu’esthétique.
Par exemple on dit que ce porte feuille est beau simplement parce qu’il correspond bien au concept du porte feuille. S’il été déchiré il ne serait pas dit beau. Le concept de beau s'assimile ici au concept de parfait : c'est un jugement de connaissance. De ce fait, ce n'est pas, selon Kant, un jugement esthétique.
La beauté libre quant à elle ne suppose aucun concept. Une chose est dite belle en ce sens qu’elle plaît immédiatement, dans la seule considération de sa forme, à laquelle il est impossible d’accorder une signification précise ou une finalité quelconque. La beauté libre plaît par elle-même dans ses formes dénuées de touts signification.

Commentaires