L'école classique et néoclassique Exposé by Expert

L'école classique et néoclassique
Exposé qui permet d'aborder les écoles classiques et néo classiques en théories des organisations de l'entreprise afin de connaître les apports fondamentaux de chaque auteur.
№ 5479 | 15,100 mots | 12 sources | 2007
Publié le mai 05, 2008 in Économie , Marketing , Management
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La science de l’entreprise est issue de la rencontre de techniques et de théories nouvelles au sein d’entreprises en évolution.
Si l’on considère qu’une doctrine scientifique s’exprime par un langage cohérent et spécifique et que réciproquement, un système de mots sur lesquels on tombe d’accord explicitement ou implicitement définit sans ambiguïté une école, on ne s’étonnera pas du nombre et de la variété des écoles qui ont suivi le taylorisme à la suite de bouleversements techniques et socio-économiques successifs.

I. L’ecole classique

A. Frederic winslow taylor et la theorie de la gestion scientifique
B. Henri fayol et la theorie de la gestion administrative
C. Max weber et la rationalisation de l’organisation

II. Les prolongements des classiques

A. Henri ford et le mode de production fordiste
B. Le toyotisme
C. Lyndall F. Urwick et la théorie organisationnelle(1894-1983)
D. Luther H. Gulick et la gestion rationelle des organisations
E. Urwick et Gulick et la théorie de la départementalisation
F. Les critiques de l’ecole classique

III. Les ecoles neo-classiques des organisations

A. Peter Ferdinand Drucker
B. Alfred Pritchard Sloan
C. Octave Gélinier
D. Alfred Dupont Chandler
E. La critique de l’école néoclassique

Extrait du document:

L’œuvre de Max Weber à travers sa théorie de l’action rationnelle vient alors renforcer l’idée dominante selon laquelle il est important de dépersonnaliser les relations de travail en vue de renforcer l’équité dans les organisations.
A l’approche classique des organisations,a succédé l’école néo-classique plus orienté vers l’activité des managers, la fonction de direction et la structuration de l’action. Des auteurs comme Chandler, Sloan, et surtout Drucker ont contribué au renouvellement de la fonction de management par l’identification de nouveaux principes d’action.
Si incontestablement les apports de cette école classique ont contribué activement à la création de richesses, de nombreuses critiques apparaissent progressivement dans les organisations. Il s’agit alors de chercher à humaniser les relations de travail, cela constitue le champ d’action principale de la théorie des relations humaines.

Commentaires