L'humanisme : de la Renaissance à nos jours Exposé by amalia

L'humanisme : de la Renaissance à nos jours
Exposé portant sur les humanistes qui se proposent de changer le monde pour bâtir un monde meilleur.
№ 6691 | 2,210 mots | 6 sources | 2008
Publié le juin 24, 2008 in Philosophie , Questions Sociales , Psychologie , Sociologie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le Moyen Age a une vision pessimiste de l’homme, le voyant passivement soumis à la volonté de Dieu et à des forces qui le dépassait. Les Humanistes vont au contraire développer une vision optimiste de l’homme : ils ont une confiance totale dans les possibilités humaines. L’homme pour eux est perfectible, capable de progrès grâce à l’éducation, à sa raison et à sa volonté. L’homme est, pour eux, maître de son destin.

I. L’Humanisme

A) Expansion en Europe
B) Influences
C) Evolution

II. L’Humanisme, aujourd’hui ?

A) Constat
B) Des raisons d’espérer

Extrait du document:

Au cours du XVème siècle, s’amorce en Italie un grand mouvement d’esprit qui va se propager ensuite au reste de l’Europe.
Ce mouvement d’idée qui place l’homme au centre de l’univers s’appelle l’Humanisme.
(...) L’humanise se propage, grâce à l’invention de l’imprimerie, à toute l’Europe. Tout d’abord en Allemagne grâce à Johnns Reuchlin qui s’oppose à l’Empereur Maximilien 1er en remettant au goût du jour l’hébreu et sa littérature. Puis en Hollande grâce Erasme, figure majeur de l’humanisme chrétien, à sa vision de l’Europe de la culture et ses idées de paix et de liberté qu’il tenta vainement d’imposer dans un contexte marqué par le bellicisme et les troubles réformistes.
L’Humanisme pénètre en France grâce à la cour pontificale d’Avignon. Les guerres d’Italie amplifient la communication culturelle, l’impulsion décisive venant de François 1er, roi lettré, qui décide une véritable importation de professeurs et d’artistes, puis, poussé par Guillaume Budé, fonde le Collège des lecteurs royaux, collège trilingue où seront enseignés le latin, le grec et l’hébreu...

Commentaires