"Cinq amoureuses", Saikaku Fiche de lecture by mayanenita

"Cinq amoureuses", Saikaku
Fiche de lecture portant sur le recueil de petits contes en prose du japonais Ihara Saikaku, "Cinq Amoureuses" (1686), particulièrement loués pour leur peinture exacte de l'homme, saisi au vif dans ses passions.
№ 25167 | 1,795 mots | 1 source | 2011
Publié le juin 30, 2011 in Littérature Etrangère , Langues Orientales , Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Précurseur d'un genre nouveau, le conte en prose, Ihara Saikaku (1642-1693) décrit de façon réaliste les mœurs amoureuses de son époque. Il vit alors à Osaka au Japon et appartient à la classe des « Chônin » c'est-à-dire des propriétaires bourgeois commerçants ? Son itinéraire personnel reste indéfini, peu d'informations autour du XVII ème siècle au Japon, le pays étant alors encore très fermé sur lui-même, filtrent. Le professeur F. Tsukuru s'est penché sur la vie de cet homme de bien dont la femme et la fille moururent très tôt. Il a notamment mis à jour sa vie très libre pour l'époque et sa passion des voyages. Il était également très amateur de haïku, cette forme poétique traditionnelle du Japon. Il parvint rapidement à se faire connaître, par sa modernité notamment et changea son nom pour celui que l'on lui connaît : Saikaku. En 1686, il fit paraître l'œuvre étudiée ici, Cinq Amoureuses. Il s'agit de cinq récits, divisés en cinq chapitres et qui sont inspirés de faits réels.

I Biographie, présentation de l'oeuvre
II Résumé chapitre par chapitre et analyse des cinq contes

Extrait du document:

Le chapitre un s'ouvre sur la présentation de quatre hommes, dont l'éditeur, occupés à faire des commentaires sur les femmes qui passent au café. Au deuxième chapitre, l'éditeur s'amourache d'une des passantes, O-san, il la choisit pour épouse, rôle qu'elle tient, dans les premiers temps, de façon exemplaire. Puis, l'éditeur doit s'absenter et il confie sa femme à un jeune homme, loué pour son honnêteté, Moemon. La femme tombe progressivement sous le charme du commis. Un jour, elle se met dans le lit de sa servante pour se faire séduire par ce dernier. Au matin, honteuse de s'être donnée ainsi, elle souhaite devenir sa femme, pour racheter un peu sa faute. Le chapitre trois montre l'élaboration d'un stratagème par les deux amants : faire croire qu'ils se sont suicidés en jetant à l'eau, ils jettent ainsi leurs vêtements à l'eau pour donner du réalisme à cette fiction et pouvoir fuir tous les deux leurs responsabilités. Le chapitre quatre nous porte à suivre le voyage de Moemon et de son amante, ils se rendent chez la tante du jeune homme, où l'amante se présente comme la sœur de Moemon. La tante apprécie la jeune fille et la demande en mariage pour son fils.

Commentaires