"Du Contrat Social" de Jean -Jacques Rousseau Fiche de lecture by Faggia

"Du Contrat Social" de Jean -Jacques Rousseau
Fiche de lecture sur l'oeuvre de Jean-Jacques Rousseau : " Du contrat social " qui montre que Rousseau réalise à travers le plan de son ouvrage les deux moments de la vie de l’Etat moderne : fonder et maintenir.
№ 6780 | 5,615 mots | 0 sources | 2008
Publié le juin 26, 2008 in Philosophie , Sciences Politiques , Questions Sociales
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), publie en 1762 un ouvrage de philosophie politique, Du contrat social ou Principes du droit politique. Celui-ci est divisé en quatre livres et obéit à une exposition en deux temps : tout d’abord Rousseau expose la théorie de la souveraineté, (livres I et II), et ensuite il expose la théorie du gouvernement, associée aux livres III et IV. En effet, il faut d’abord fonder la souveraineté, l’Etat, pour ensuite passer à la conservation de l’Etat.
Donc le plan du Contrat social n’est pas seulement celui du livre mais plus simplement celui de l’Etat.
Afin d’étudier l’ouvrage de Rousseau, il faut faire dans un premier temps le résumé de chaque livre, en distinguant les livres I et II des livres III et IV, pour ensuite en tirer une analyse générale en seconde partie.

1/ Le fondement de l’Etat, la souveraineté (livre I et II)
2/ Le gouvernement de l’Etat, le prince (livre III et IV)





Extrait du document:

Dans toute démocratie, la magistrature n’est pas un avantage , c’est une charge pour le citoyen désigné que seule la loi peut imposer. En aristocratie, le prince choisit le prince, le gouvernement s’autoconserve et les suffrages sont bien placés. Ainsi, l’élection par sort présente peu d’inconvénient en démocratie mais le problème est qu’une véritable démocratie n’existe pas.
Si on mélange les deux voies, le choix sert aux emplois militaires(nécessitant des talents propres) et le sort aux postes de juridiction principalement(nécessitant des qualités communes à tous les citoyens). En monarchie, ni le sort ni le choix n’existent.

Commentaires