« Le nouvel âge de la solidarité », Nicolas Duvoux Fiche de lecture

« Le nouvel âge de la solidarité », Nicolas Duvoux
Fiche de lecture de l'ouvrage « Le nouvel âge de la solidarité », de Nicolas Duvoux se demandant comment ne pas transformer des lois censées aider les moins favorisés en des prestations ayant des effets contraires, d'isolement et de précarité.
№ 31442 | 4,710 mots | 0 sources | 2015 | FR
Publié le juil. 13, 2015 in Sociologie , Questions Sociales , Sciences Politiques
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La dénonciation de l'assistanat est récurrente et en France, la pauvreté tendrait à augmenter, touchant 13,5 %. Le RSA et le RMI sont alors des capitaux qui permettent de ne pas laisser des citoyens en marge de la société. Cependant, ceux-ci entraînent également un éloignement du marché du travail, et donc une descente dans la précarité. En France, la « question sociale », la lutte contre la pauvreté est cruciale. Cette volonté d'un état providence est issue du fait que les Français se sentent perpétuellement menacés d'une perte d'emploi et de logement. C'est ainsi que certaines institutions comme l'assurance vieillesse ou l'assurance maladie ont permis de réduire la précarité, mais celles-ci connaissent des difficultés croissantes. La précarité est aggravée par un chômage élevé en France, proche de 10 % de la population active, affectant notamment les personnes avec peu ou aucune qualification. Les jeunes, de par la difficulté de s'insérer dans le monde du travail, connaissent un fort taux de chômage, mais celui-ci commence à être concurrencé par celui des personnes âgées. Ce développement du chômage entraîne la nécessité d'une assistance, souvent mal perçue, voire rejetée dans le débat politique. Nous étudierons ce fléau au sein de l'ouvrage « Le nouvel âge de la solidarité », de Nicolas Duvoux.

1-De l'état providence à la lutte contre l'« exclusion »
2-Extension de la précarité, rejet de l'assistance
3-Les écueils de la mise au travail
4-L'autonomie dans la solidarité

Extrait du document:

En 1986, des « travaux d'unité collective » s'instaurent alors. Ils seront remplacés par des « contrats emploi solidarité » en 1990 et complétés par le « contrat unique d'insertion ». Les contrats aidés visent à favoriser l'insertion de personnes peu ou pas qualifiées grâce à des subventions reversées à l'employeur. Si le sous-emploi essaie de lutter contre le chômage de longue durée, il n'en demeure pas moins qu'il crée un chômage récurrent, que l'on retrouve dans les pays anglo-saxons. Comment expliquer le développement de la pauvreté laborieuse et des working poor en France ?

Commentaires