Connaissons-nous vraiment la police technique et scientifique ? Mémoire ou thèse by lilou75

Connaissons-nous vraiment la police technique et scientifique ?
Mémoire qui analyse comment les enquêtes policières se passent véritablement sur le terrain et si les fictions télévisuelles sont proches ou très différentes de la réalité.
№ 8366 | 11,845 mots | 6 sources | 2008 | FR
Publié le oct. 15, 2008 in Médias , Cinéma , Sciences , Criminologie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Pour confondre un suspect, identifier un corps, la preuve matérielle est toujours préférable aux aveux et aux témoignages. Ceci dans un seul but : connaitre la vérité. Comme le disait Montaigne : « Nous sommes nés pour quêter la vérité, il appartient de la posséder à une plus grande puissance».
La preuve matérielle conduit les spécialistes de la police scientifique et technique à mettre en œuvre des outils et des procédés extrêmement variés qui tiennent des mathématiques, de la microscopie, de la physique, de la chimie, de la biologie, de l'informatique ou encore de la toxicologie.
C'est une « intrusion de la science dans le crime » pour reprendre l'expression d'un romancier anglo-saxon.

I- La naissance de la police scientifique et technique
1) La situation
2) Alphonse Bertillon et la naissance de la police technique
3) Edmond Locard et la naissance de la police scientifique
4) De l'unification au déclin
5) La naissance de la police scientifique et technique
6) Dernière évolution : l'empreinte génétique

II- Des structures, des hommes et un cadre judiciaire
1) Structures de la police scientifique et technique sous la direction générale de la police
2) L'institut national de police scientifique
3) Des hommes: policiers spécialisés et personnels scientifiques
4) Les cadres judiciaires

III- De la découverte de la scène du crime à l'analyse des indices
1) La scène de crime
2) L'identification humaine
3) Le témoignage de la matière
4) La documentation criminelle

Extrait du document:

Lorsque le roman policier fait son apparition, dans la seconde moitié du XIXème siècle, sous la plume d'Emile Gaboriau ou celle d'Arthur Conan Doyle, l'enquête criminelle est loin de disposer en réalité des moyens d'investigation techniques ou scientifiques que lui prête déjà la fiction. Il n'existe alors, en France comme à l'étranger, aucun service de police spécialisé dans la recherche, le recueil et l'exploitation des traces indiciales susceptibles de constituer des preuves matérielles dans le procès pénal.
Travaillant depuis 1808 sous l'empire du Code d'instruction criminelle, policiers et gendarmes de l'hexagone demeurent attachés au témoignage humain et à l'aveu comme sources essentielles de preuve dans leurs procédures judiciaires.
L'énergie de la police est occupée à l'identification des délinquants d'habitude.

Commentaires