Aspects actuels et futurs des communications en aéronautique Travail de Recherche

Aspects actuels et futurs des communications en aéronautique
Travail de recherche scientifique autour de l'interaction homme-machine, sur la base des communications en aéronautique.
№ 9835 | 4,610 mots | 23 sources | 1998
Publié le janv. 21, 2009 in Sciences , Astronomie , Communication
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le système de liaison par satellite communément appelé datalink est le futur moyen de communication entre les avions et le sol. Ce système présente un grand intérêt pour la communauté aéronautique du fait du changement socio-technique qu'il est susceptible d'induire dans le milieu aéronautique, en modifiant la manière dont les pilotes et les contrôleurs aériens interagissent. Le changement dans le canal de transmission de l'information ouvre la voie à de nombreuses possibilités techniques.
Cet article est un condensé des questions soulevées par différentes études concernant les communications en aéronautique, mais également une analyse critique des points problématiques qu'un tel système peut induire.

I. Le Datalink
II. La décongestion des fréquences: vers une personnalisation des communications
III. La diminution des erreurs: vers une mémoire externe et persistante des transmissions sol-bord
IV. Un exemple spécifique: la facilitation du transfert d'un plan de vol
V. La vitesse de communication: vers une complémentarité du mode vocal et du satellite
VI. Limites et perspectives

Extrait du document:

La dernière raison que l'on peut évoquer est qu'à la réception du message, les pilotes préfèrent engager l'action puis une fois terminée, émettre un acquiescement en direction de l'ATC. L'action demandée est souvent réalisée avant la réponse. Ainsi, l'acquiescement de réception demandé par les procédures, et attendu par les contrôleurs, se transforme sous l'impulsion de ce mode de transmission en un acquiescement non seulement de réception mais aussi en signal de réalisation et de fin d'exécution. Cependant, ce délai entre l'émission et la réception de la réponse donne l'impression au contrôleur que la directive n'est pas exécutée immédiatement. Les résultats obtenus en simulation viennent confirmer ces conclusions.

Commentaires