« Le Cri », Edvard Munch Travail de Recherche

« Le Cri », Edvard Munch
Travail de recherche sur le tableau « Le Cri », d'Edvard Munch se demandant en quoi cette peinture reflète l'angoisse du peintre.
№ 30793 | 1,065 mots | 0 sources | 2012 | FR
Publié le juil. 29, 2014 in Arts Plastiques / Dessin , Arts , Histoire de l'Art
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Je me promenais sur un sentier avec deux amis — le soleil se couchait. Tout d'un coup, le ciel devint rouge sang. Je m'arrêtais, fatigué, et m'appuyais sur une clôture. Il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir et de la ville. Mes amis continuèrent, et j'y restais, tremblant d'anxiété. Je sentais un cri infini qui se passait à travers l'univers et déchirait la Nature. » C'est ainsi qu'Edvard Munch explique l'origine de sa très fameuse œuvre du « Cri ». Avec ce sombre tableau, le peintre appartient aux précurseurs expressionnistes, rejetant le style académique pour se tourner vers un genre où prédominent les tensions psychologiques introspectives. Influencé par les nouvelles notions de psychanalyse freudienne, Munch, ainsi que les artistes de son genre portent leurs travaux sur cet art de la déformation, de l'exacerbation des sentiments tout en illustrant le malaise de la civilisation aux travers un style angoissant. De la sorte, le « Cri » est une œuvre majeure du genre, de par cette angoisse de la peinture et cette angoisse du peintre.

Extrait du document:

Lorsqu'Edvard Munch peint ce tableau, il est alors malade d'une hémorragie de la vitrée. Cela développe chez l'artiste cette peur de la mort et de la souffrance, thème omniprésent dans le tableau du « cri ». En effet, si l'on suit le témoignage, le peintre aurait lui-même entendu hurler la nature alors qu'il marchait avec des amis dans le Fjord. On retrouve la présence de ses deux amis en haut à gauche du tableau, bien loin, laissant seul le personnage principal qui n'est autre qu'une figuration de Munch lui-même.
  • Commentaire des vers 367 à 397 extrait des « Misères », des « tragiques » d'Agrippa d'Aubigné se demandant en quoi ce discours sur l'Humanité est un témoignage de vérité dramatique.
    № 24689 | 2,933 mots | 0 sources | 2010 | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier
  • Travail de recherche qui explore l'évocation du thème de la mort dans les chansons de Jacques Brel, à travers une analyse philosophique, textuelle et littéraire.
    № 7290 | 15,925 mots | 44 sources | 2008 | détails
    14,95 $US
    Ajouter au panier
  • Réflexion sur le film « The Very Black Show », de Spike Lee se demandant si "le Noir" reste ce personnage drôle et stupide dans l'imaginaire collectif blanc américain.
    № 26180 | 2,290 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires