Modélisation d'une machine synchrone à aimant permanent et à flux axial Travail de Recherche

Modélisation d'une machine synchrone à aimant permanent et à flux axial
Travail de recherche qui explique le processus de modélisation par éléments finis. (pdf)
№ 31142 | 6,560 mots | 0 sources | 2014 | FR
Publié le déc. 08, 2014 in Ingénierie , Sciences , Electronique
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Il s 'agit d'une étude dans laquelle nous expliquerons le processus de modélisation par éléments finis. Plusieurs thèmes seront abordés, comme la réalisation géométrique de la machine, les propriétés physiques des différentes « régions » du système (perméabilité, matière...), l'influence du maillage sur les résultats et le choix des conditions aux limites.
Dans une partie simulation, deux cas seront traités. Une étude en statique puis une étude en transitoire. L'étude statique a pour but de calculer les inductances du stator et de vérifier que les lignes de champs respectent les conditions aux limites que nous avons imposées. L'étude dynamique nous permet de calculer les tensions induites sur les enroulements statorique. Ces deux études sont nécessaires pour valider la modélisation de la machine.

1. Présentation et contexte
2. Approche analytique
3. Modélisation : éléments finis
4. Simulation

Extrait du document:

Pour décrire le mouvement au niveau du domaine éléments finis, les régions sont regroupées en ensembles mécaniques. De même que les volumes sont regroupés en régions comportant les mêmes caractéristiques physiques, les régions sont regroupées en ensembles mécaniques comportant les mêmes caractéristiques de déplacement (ou caractéristiques cinématiques): fixe, mobile, compressible.
On a crée trois ensembles mécaniques :
Rotor : Pour les pièces mobiles.
Stator : Pour les pièces fixes.
Boite_infinie : l'air compressible entre les parties fixes et mobiles. Dans cet ensemble il y a remaillage de la partie d'air entourant la partie mobile à chaque pas de calcul. Au fait, le déplacement de la partie mobile génère une modification de la géométrie, et a priori la nécessité d'un remaillage pour chaque pas de calcul.

Commentaires