« À méditer par les gentlemen-riders », F. Kafka Commentaire Composé by Raudetta

« À méditer par les gentlemen-riders », F. Kafka
Commentaire de la nouvelle «À méditer par les gentlemen-riders», de F. Kafka se demandant en quoi l'auteur dans ce texte aliène la forme de la nouvelle tout en l'inscrivant dans des traditions littéraires et artistiques.
№ 27114 | 3,200 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le nov. 26, 2011 in Littérature , Littérature Etrangère
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« À méditer par les gentlemen-riders » est un écrit de Kafka, paru en 1913 dans le recueil de nouvelles Considérations. Cette nouvelle se montre d'emblée comme un texte central, car son titre rappelle ces « Considérations » : en effet, Betrachtung peut être traduit par « méditation ». Il y décrit l'univers des courses à cheval, qui étaient au XXe siècle l'une des principales occupations mondaines et populaires : les spectateurs étaient nombreux et de toutes catégories sociales. Pour les plus riches, cette rencontre était une véritable institution. Les gentlemen-riders étaient de ces hommes du monde, et qui de plus montaient dans des courses qui leur étaient réservées. Dans ces dernières, simples entraîneurs et jockeys ne pouvaient participer. Ce très court texte, mis d'emblée sous le signe du pouvoir de la bourgeoisie, serait une nouvelle, mais au regard de la définition du Trésor de la Langue Française, un tel classement n'est pas une évidence. Car ce n'est pas, et à de nombreux égards, une « œuvre littéraire, proche du roman, qui s'en distingue généralement par la brièveté, le petit nombre de personnages, la concentration et l'intensité de l'action, le caractère insolite des événements contés ».
Tout d'abord, nous étudierons la représentation de la figure équestre liée à désacralisation de la nouvelle de Kafka. Dans un second temps, nous nous pencherons sur la caricature et les failles de la narration dans la nouvelle. Enfin, nous montrerons que Kafka renouvelle la tradition littéraire du divertissement et de la fatalité.

Extrait du document:

Mais ensuite, cette tradition qu'on peut rapporter à l'épique et au romantisme n'est évidemment pas représentée telle qu'elle dans l'écriture de Kafka. Chez lui, il ne s'agit pas de montrer comme chez Géricault des hommes qui peuvent d'une main retenir un cheval emballé. Toute notion épique disparaît, alors même que le cheval est l'image même de l'héroïsme à travers toute l'Histoire, et ce dans tous les arts depuis leurs balbutiements.

Commentaires