"Dom Juan" de Molière, Acte I, scène 2 Commentaire Composé

"Dom Juan" de Molière, Acte I, scène 2
Document de préparation d'un commentaire de "Dom Juan" de Molière, Acte I, scène 2, en vue d'une présentation orale du bac expliquant une vision de l'amour fondamentalement baroque chez Dom Juan. (pdf)
№ 29857 | 2,330 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le juin 17, 2013 in Littérature
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Ci-après les références du texte étudié: Molière, Dom Juan : la tirade sur l'infidélité, Acte I, scène 2 : “Quoi, tu veux qu'on se lie...” jusqu'à “pour y pouvoir étendre mes conquêtes amoureuses”

En 1665, l'histoire de Don Juan, venue d'Espagne, est à la mode.
La légende, née sans doute d'un fait réel, raconte qu'une nuit, Don Juan TENORIO tua le commandeur (chevalier d'un
ordre hospitalier) Ulloa, dont il avait séduit la fille.C'est dans le couvent franciscain où le vieillard avait été enseveli que les religieux, y ayant attiré Don Juan, le massacrèrent. Ils déclarèrent ensuite que, venu insulter Ulloa sur son tombeau, le séducteur avait été entraîné en enfer par la statue soudain douée de vie de sa victime...
Molière, tout en respectant la trame générale de l'histoire initiale, va faire de son personnage un rationaliste athée en même temps qu'un monument de cynisme et d'orgueil.

1. Introduction
2. Lecture
3. Plan
4. Explication
5. Conclusion

Extrait du document:

Il fait semblant de reprendre les positions de Sganarelle
" " Quoi ! TU VEUX qu'on se lie / qu'on renonce..."
mais c'est pour les pousser jusqu'à l'absurde (l'amour est vu comme une prison, voire
comme une mort) et passer ainsi dans un extrémisme qui dénature la pensée de Sganarelle et permet de la tourner en ridicule.
En fait, les idées de Sganarelle ne sont pas en elles-mêmes ridicules, c'est l'exagération qu'en fait Dom Juan qui les rend telles : il ne s'agit donc pas d'une contre-argumentation, mais bien d'un artifice de rhétorique, qui consiste à présenter les idées de l'adversaire d'une manière qui les discrédite, sans que ces idées soient réellement discutées, sans qu'il y ait un réel débat. En vérité, cette astuce rhétorique tient plus de la manipulation que de l'argumentation.

Commentaires