« La Curée », Émile Zola – pages 333 – 335 Commentaire Composé by Geoffroy77

« La Curée », Émile Zola – pages 333 – 335
Commentaire des pages 333 à 335 de l'ouvrage « La Curée », d'Émile Zola se demandant en quoi il est légitime de dire que ce texte est une dénonciation des pratiques de la société.
№ 29397 | 1,900 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le févr. 21, 2013 in Littérature
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En rédigeant La Curée, Zola cherche à faire tomber les masques : de la même manière qu'il révèle le véritable visage de la grande bourgeoisie qui s'est considérablement (et très vite) enrichie au début du Second Empire, grande bourgeoisie qui, donc, pour le romancier, se caractérise surtout par la malhonnêteté, les fraudes, la déperdition domestique, voire une vie oisive et débilitante (comme c'est le cas pour le personnage de Renée), Zola, dans les dernières pages de son œuvre, cherche également à montrer ce qui se dissimule derrière le tout nouveau Paris de l'époque, avec ses grandes et larges avenues plantées d'arbres, ses immeubles en pierre aux façades sculptées (« des palais », écrira Théophile Gautier à cette époque), ses parcs et ses bois : l'ampleur des destructions qui ont défiguré la capitale et qui lui ont ôté pour toujours ce qui avait constitué jusque-là son identité profonde de vieille ville encore plus ou moins moyenâgeuse. Dans notre texte, Zola se fait ainsi le porte-voix des hommes et des femmes qui se sont opposés en ces années à la démolition de quartiers et de bâtiments historiques uniques, rapidement remplacés par des boulevards, des immeubles haussmanniens et des squares. Zola s'attaque également aux hommes qui ont permis ces destructions, que ce soit les spéculateurs (tel Aristide Saccard, présent dans notre texte) ou bien les fonctionnaires d'Etat qui ont toujours travaillé main dans la main avec les précédents. L'extrait débute à "Le chemin où ces messieurs..." et s'achève par "...leur semblait tout à fait drôle".

I. « Ce coin de ville détruite » (p 335 du roman, ligne 48)
II. Les hommes

Extrait du document:

La description du quartier de Paris dont il est question dans notre texte possède un air cinématographique ‘avant l'heure'. Semblable à une caméra en train de filmer, le regard du narrateur se déplace en effet à la fois de bas en haut (ou de haut en bas), mais aussi du plan le plus proche au plan le plus éloigné (ce qui donne de la profondeur à la description, comme le ferait un ‘effet de zoom').
  • Commentaire de la fin du chapitre IV du roman « Le Ventre de Paris », d'Émile Zola se demandant en quoi ce passage met l'accent sur le caractère nuisible des Halles et des personnages qui les peuplent.
    № 19570 | 1,885 mots | 0 sources | 2009 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Fiche de lecture du roman « Le ventre de Paris », d'Émile Zola dans lequel l'auteur naturaliste, montre l'opposition entre l'excès de nourriture présente et la situation de sous-nutrition de certains individus.
    № 23534 | 3,510 mots | 0 sources | 2011 | détails
    10,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation se demandant en quoi le personnage de Camille dans le roman « Thérèse Raquin », de Zola est un pivot de l'action, de plus en plus important à mesure qu'il s'efface progressivement, jusqu'à disparaître physiquement par sa mort.
    № 23152 | 1,390 mots | 0 sources | 2011 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires