« La nuit des rois », Shakespeare - Acte III, scène 3 Commentaire Composé

« La nuit des rois », Shakespeare - Acte III, scène 3
Commentaire de la scène 3 de l'acte III de l'ouvrage « La nuit des rois », de Shakespeare se demandant d'où vient l'ambivalence de cette scène à la fois drôle et cruelle et comment on peut interpréter le personnage de Malvolio.
№ 26790 | 2,240 mots | 0 sources | 2010 | FR
Publié le nov. 02, 2011 in Danse et Théâtre , Littérature , Littérature Etrangère
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La Nuit des rois, écrite en 1602, est la dernière « vraie » comédie de Shakespeare. L'action de la pièce s'est mis en place dans l'acte I, on apprend que le Duc Orsino est attaché à Olivia, elle-même tombée amoureuse de Césario, qui est une jeune fille, Viola, rescapée d'un naufrage et éprise du Duc Orsino. À l'intrigue de ce triangle amoureux se mêlent des passages mettant en scène d'autres personnages, comiques, tels que Messire Tobie, Messire André, le Fou, et les serviteurs d'Olivia : Malvolio et Maria. Dans l'acte II, on découvre que le frère de Viola est en vie, on peut déjà y voir une solution aux problèmes des amoureux, de plus en plus passionnés. De leur côté, Tobie, Maria et André inventent un tour contre Malvolio : ils lui font croire par le biais d'une lettre que sa maîtresse Olivia est folle amoureuse de lui ; ne rêvant que d'élévation sociale, l'intendant se fait prendre au piège. Juste avant la scène 3 de l'acte III, qui nous intéresse ici, Maria annonce aux autres que la venue de Malvolio, qui a suivi les instructions ridicules de la lettre pour se présenter devant Olivia, ils se cachant donc pour rire de la scène.

Extrait du document:

Le personnage arrive sur scène dans un accoutrement bouffon, portant des bas jaunes et des jarretières croisées, il ne se rend pas compte lui-même de son ridicule, ce qui le rend d'autant plus amusant ce comique de situation. Le quiproquo est un autre motif du comique, très utilisé dans La Nuit des rois, Olivia et Malvolio ne s'entendent pas et interprètent chacun à leur façon les paroles de l'autre.

Commentaires