« Le barbier de Séville », Beaumarchais - Acte I, scène 2 Commentaire Composé

« Le barbier de Séville », Beaumarchais - Acte I, scène 2
Commentaire d'un extrait de l'acte I, scène 2 de l'ouvrage « Le barbier de Séville », de Beaumarchais se demandant comment Beaumarchais parvient à dénoncer la société par l'usage du comique.
№ 29806 | 3,220 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le juin 04, 2013 in Danse et Théâtre , Littérature
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les philosophes des lumières mènent cette lutte, avec, à leur tête des écrivains tels que Montesquieu ou encore Voltaire. Beaumarchais, dramaturge spécialiste du drame bourgeois, est resté célèbre grâce à sa trilogie composée des pièces : Le Barbier de Séville, Le Mariage de Figaro et La Mère coupable. Elles mettent en scène un couple maître-valet connu : le comte Almaviva et Figaro, et relatent leurs intrigues amoureuses. Beaumarchais profite du divertissement occasionné pour introduire subtilement quelques critiques du système, et s'en prend particulièrement aux injustices sociales. Ainsi, dès l'exposition de l'œuvre intitulée Le Barbier de Séville, à l'acte I, scène 2, des dénonciations se font jour, et ce, par l'intermédiaire d'un registre comique manipulé avec virtuosité par l'auteur. Ici, nous avons affaire à une scène de retrouvailles entre le comte Almaviva, et Figaro, son ancien valet. L'extrait débute à "Le Comte. […] Eh bien, cet emploi" et se termine à "Figaro. L'habitude du malheur. Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer."

I- Le prolongement de l'exposition
II- Une scène comique
III- Une critique acerbe de la société du XVIIIe siècle

Extrait du document:

Par ailleurs, le récit du passé de Figaro, un parcours semé d'embûches, offre l'occasion à Beaumarchais, de présenter le personnage aux spectateurs. En effet, l'interrogation qui débute le passage : « Eh bien, cet emploi ? » l.1 permet au comte de lancer un des thèmes principaux du passage, le passé de Figaro. Ainsi, la situation présente s'efface au profit du récit au passé simple et à l'imparfait : « fit » l.2, « vendais » l.6. Les nombreuses péripéties qui jalonnent cette scène, offre un panorama assez vaste, et varié des différentes activités pratiquées par le valet depuis qu'il a quitté son maître.

Commentaires