"Le lac" d'Alphonse de Lamartine Commentaire Composé

"Le lac" d'Alphonse de Lamartine
Commentaire composé du poème "Lac" de Lamartine cherchant à expliquer comment ce poème relie l'évocation de la fuite du temps au sentiment amoureux.
№ 30819 | 1,210 mots | 0 sources | 2014 | FR
Publié le juil. 31, 2014 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Lamartine, poète majeur du XIXè siècle, rédige en 1820 ses Méditations poétiques dans lesquelles figure "Le Lac". Ce poème dédié à sa rencontre avec sa muse Elvire évoque aussi bien la fuite du temps que le rôle de la nature, topos littéraires poétiques.

Au XIXème siècle se développe le romantisme, mouvement littéraire et culturel revendiquant la liberté via l'exaltation de la sensibilité et la présence du « moi » lyrique. C'est dans contexte qu'il convient de situer l'œuvre de d'Alphonse de Lamartine, poète et homme politique influent dont l'apogée est atteinte en 1848, lorsque ce dernier devient Ministre des Affaires étrangères. Publié en 1820, son recueil Méditations poétiques demeure le premier ouvrage poétique romantique de la poésie française. Tel un journal intime retraçant les expériences de l'auteur, ces récits en vers évoquent notamment la rencontre avec Julie Charles (Elvire), femme qui donnera de l'inspiration à Lamartine dans « Le lac ».

I) L'obsession du temps
II) Le rôle du temps
III) L'invocation de la nature

Extrait du document:

Or, en dehors de cette obsession, le poète semble donner un réel rôle au temps, dont le pouvoir et la fragilité humaine en sont des caractéristiques dominantes. De nombreuses invocations servent en premier lieu d'illustrations du pouvoir suggéré du temps. « Ô temps » (vers 21) est une personnification où le temps devient interlocuteur et se présente comme une divinité. Les verbes d'actions qui en découlent poursuivent cette image, amplifiée par le tutoiement (« suspends » au vers 21 ; « échappe » et « fuit » aux vers 30 ; « coule » au vers 36 ; « efface » au vers 43) qui renforce ce caractère humain. L'antithèse lisible entre les termes « donna » puis « efface » (vers 43) montre la toute puissance du temps, qui est capable de donner et d'ôter.
  • Commentaire du poème «L'automne », d'Alphonse Lamartine, dévoilant les sentiments de morosité et de tristesse du poète.
    № 17513 | 905 mots | 1 source | 2007 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Réflexion sur le film « The Very Black Show », de Spike Lee se demandant si "le Noir" reste ce personnage drôle et stupide dans l'imaginaire collectif blanc américain.
    № 26180 | 2,290 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    7,95 $US
    Ajouter au panier
  • TPE avec des expériences variées qui permettraient d'obtenir une eau propre, saine et buvable à partir de l'eau du Lac Kir.
    № 30745 | 1,065 mots | 0 sources | 2014 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires