"Le Lion et le Moucheron" de La Fontaine Commentaire Composé by hemophile

"Le Lion et le Moucheron" de La Fontaine
Commentaire portant sur cette fable, extrait du Livre II, et qui fait partie des premières fables de La Fontaine, où l’écrivain laisse encore une totale fantaisie à son imagination en teintant d’humour tous ses petits récits.
№ 3621 | 1,540 mots | 0 sources | 2008
Publié le févr. 19, 2008 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Cette fable nous narre le combat burlesque d’un moucheron et d’un lion, à la fin duquel les deux mourront. Il s’agit de déterminer en quoi cette fable oscille entre réalisme et burlesque.


I. Des animaux humanisés
1) Portrait physique des personnages
2) Portrait social des personnages
3) Portrait psychologique et moral des personnages

II. Une fable qui est aussi un apologue
1) Le récit
2) La moralité

Extrait du document:

Les Fables de Jean de La Fontaine ont été publiées de 1668 à 1693, en deux recueils. Le XVII° siècle est celui du classicisme où la fable est une des formes privilégiée. Le classicisme revendique l'usage d'un style simple et naturel. C’est dans le premier recueil qui contient les six premiers livres que l’on trouve les textes les plus connus du fabuliste. L’inspiration a encore une fois été apportée à La Fontaine par Esope (« Le Cousin et le Lion »). Une version différente sera écrite par Achille Tatios.
(...) Convention littéraire de la fable : « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes » (La Fontaine). Les animaux sont dotés de la parole et de la pensée humaine, c’est donc une personnification et un élément du registre merveilleux. Le lecteur oscille en permanence dans la fable entre traits d’animalité et traits d’humanité. Deux personnages sont présents : le Lion et le Moucheron (personnages éponymes). Deux animaux présentés par quelques caractéristiques physiologiques : Le Lion : son animalité est rendue par des termes comme « quadrupède » (vers 15), « museau » (vers 20), « griffe, dent » (vers 24)… termes qui soulignent un animal de la terre, un animal doté d’une force physique impressionnante et possédant une violence potentielle. Le Moucheron : son animalité se dessine dans les termes explicites comme « insecte » (vers 1, vers 30)… termes qui soulignent la petite taille (moucheron = petite mouche), la faible constitution.

Commentaires