Le progrès de l'inégalité chez Rousseau Commentaire Composé by Nonosoro

Le progrès de l'inégalité chez Rousseau
Commentaire d'un extrait de ce discours portant sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, et dans lequel Rousseau s'attache à démontrer que cette inégalité est issue de la corruption politique et économique.
№ 2678 | 4,160 mots | 0 sources | 2006
Publié le janv. 18, 2008 in Littérature , Sciences Politiques
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le présent extrait termine le récit des divers types de gouvernement qui s’ouvre sur un nouvel état de nature : le cercle se ferme sur un état de guerre qui achève d’enfermer l’homme dans la socialité. Le point final du cycle des régimes est le point de départ de la nature chez Hobbes (Léviathan I, 13).

Extrait du document:

D’emblée (l.1-5) Rousseau s’engage dans un récit qui rappelle explicitement le propos du Discours sur les sciences et les arts et en a teneur critique. C’est sur un terrain politique profondément marqué par la division que va s’affirmer un pouvoir de plus en plus oppressif. Rousseau insiste d’abord sur les causes sociales du progrès de l’inégalité, après en avoir évoqué les causes politico-économiques : tout découle de la propriété, qui a engendré l’amour-propre et la division, donc « l’inégalité des conditions et des fortunes », et la division du travail, donc « la diversité des passions et des talents ». Les sciences et les arts, eux aussi, sont nés du besoin : les unes sont « frivoles » et les autres, quand ils ne sont pas « pernicieux », sont « inutiles ». Les griefs portés aux sciences et aux arts sont les mêmes que dans le Premier Discours (PD), où Fabricius était invoqué face à « cette éloquence frivole, l’étude et le charme des hommes futiles ».

Commentaires