"Lettre XXVIII à Voltaire" de Denis Diderot Commentaire Composé by Carlota1

"Lettre XXVIII à Voltaire" de Denis Diderot
Commentaire composé sur la "Lettre XXVIII à Voltaire" de Denis Diderot extrait de sa "Correspondance générale" expliquant comment Diderot montre que "L'Encyclopédie" est le combat de toute sa vie tout en énonçant quelques options philosophiques.
№ 23330 | 1,615 mots | 0 sources | 2011
Publié le mars 26, 2011 in Littérature , Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La "lettre XXVIII à Voltaire" de Denis Diderot est extraite de "Correspondance générale", Garnier, 1875-77 (pp. 463-465).
Cette lettre qui, au premier abord paraît simple, montre la dévotion de Diderot pour son grand projet et cache une rhétorique sans égale ainsi qu'une réflexion philosophique.
On remarque les marques de l'épistolarité :
La date, l'expéditeur : Diderot, qui cite son nom à la ligne 9 et 24 ; le destinataire qui est cité dans la lettre également à la ligne 24, est Voltaire, et la formule d'appel, l.1, au début du 2ème paragraphe, 37. On peut également citer les marques de l'énonciation. Les pronoms personnels : je et vous, qui sont les deux premiers de la lettre, que l'on retrouve tout au long. Ainsi, que le présent de l'indicatif à valeur d'énonciation.

1. Une lettre
2. L'Encyclopédie, le combat de toute une vie
3. Une réflexion philosophique

Extrait du document:

Diderot se sent une obligation morale envers les 4000 souscripteurs (l.18-19 : « est-il honnête de tromper l'espérance de quatre mille souscripteurs, et n'avons-nous aucun engagement avec les libraires ? »). Tout cela se double d'un enjeu financier puisque l'Encyclopédie a enrichit ses éditeurs, mais également les auteurs en premier lieu. A la ligne 32, il dit donc qu'il y a « trop d'intérêt au succès de leur ouvrages ». De plus, Diderot et d'Alembert ont investit des fortunes dans ce projet : »mon ami d'Alembert aura jeté par la fenêtre une quarantaine de mille francs, sur lesquels je comptais et qui aurait été toute ma fortune » (l35-36).

Commentaires