"Novum Organum" de Francis Bacon Commentaire Composé by RBK

"Novum Organum" de Francis Bacon
Commentaire philosophique du paragraphe 151 de la préface du "Novum Organum" de Bacon traitant de la théorie de la connaissance.
№ 2439 | 3,270 mots | 0 sources | 2007
Publié le janv. 03, 2008 in Littérature , Philosophie
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le "Novum Organum" est constitué de deux livres et d’une préface. Dans celle-ci, Bacon s’en prend aussi bien au dogmatisme qu’au scepticisme; il déclare en effet, qu’il est possible de parvenir à des connaissances certaines, mais à condition de suivre une nouvelle méthode. Le but de l’instauration est d’acquérir un savoir sur la nature, pour pouvoir accroître la puissance de l’homme et faire advenir son règne. Bacon justifie son projet par le fait qu’à son époque, les sciences sont stériles et stagnent.
Mais comment remédier à cette mauvaise connaissance de la nature ? Et quelle est la bonne méthode à suivre pour exercer son dominant sur la nature ?

Extrait du document:

Dès la première phrase de la préface du "Novum Organum", Bacon se livre à la critique d’une mauvaise connaissance de la nature par beaucoup d’individus. Le ton critique de l’auteur est immédiatement perçu dans sa façon de désigner une partie de ces individus par « ceux qui », comme s’il accusait les coupables. Selon lui, leur tort est qu’ils « osèrent parler péremptoirement de la nature comme d’un sujet exploré ». Bacon emploie le verbe « oser », et dénonce ici ceux qui se sont permis d’agir d’une telle façon, préjudiciable pour la connaissance de la nature. De plus, parler « péremptoirement » de quelque chose signifie que cela détruit d’avance toute objection, et n’admet donc pas la réplique. C’est une forme d’absolutisme, ces individus se plaçant en supérieurs alors même qu’ils imposent un discours faux. En effet, non seulement ils parlent de la nature de manière erronée, mais en plus n’admettent pas de remise en question, de débat.

Commentaires