"Trois discours sur la condition des grands" de Blaise Pascal Commentaire Composé by meresankh

"Trois discours sur la condition des grands" de Blaise Pascal
Commentaire de philosophie sur les "trois discours des grands " de Pascal, qui est le grand moraliste, physicien, mathématicien et philosophe français du XVIIème siècle.
№ 5818 | 2,025 mots | 0 sources | 2008 | FR
Publié le mai 20, 2008 in Philosophie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans ses "Trois discours sur la condition des grands", Pascal énonce sa thèse selon laquelle l'état naturel du grand est une parfaite égalité avec tous les hommes, car son droit n'est pas fondé sur le mérite mais sur un établissement humain, lui même fruit du hasard.
Il se doit alors de pratiquer la double pensée, autrement dit d'agir extérieurement comme le rang qu'il s'est vu attribuer l'indique (c'est à dire s'élever publiquement au dessus du commun des mortels) tout en s'abaissant intérieurement par la reconnaissance de son état véritable selon lequel il ne se distingue nullement du reste des hommes.
Existe-t-il ainsi différents ordres de grandeur, qu'est-ce réellement qu'être "grand seigneur", quelle est la nature de la relation entre grandeur et respect?
Autant de questions qui sont développées par l'étude successive de ces trois discours.

Extrait du document:

Dans le second discours, les grandeurs d'établissement sont définies comme nées de la volonté des hommes "qui ont cru avec raison devoir honorer certains états et y attacher certains respects". Cependant la raison justifie-t-elle véritablement l'ordre? On peut en effet s'interroger sur la raison d'être de ces grandeurs d'établissement, fondées sur une volonté humaine née du hasard. On peut dire dans une certaine mesure que c'est bien la raison qui a amené ces décisions afin de déterminer une société stable, ordonnée. C'est en quelque sorte un cadre qui évite certaines dérives: les grands sont respectés, l'ordre établi. Le fait que les grandeurs d'établissement soient fondées sur la volonté humaine ne leur retire cependant pas leur légitimité, comme on peut le voir dans le premier discours: "je ne veux pas dire qu'ils [les biens] ne vous appartiennent pas légitimement, et qu'ils soit permis à un autre de vous les ravir; car Dieu qui en est le maître, a permis aux sociétés de faire des lois pour les partager; et quand ces lois sont une fois établies, il est injuste de les violer." Aussi ces grandeurs sont-elles légitimes car approuvées par Dieu. Ici l'ordre des grandeurs d'établissement est comparable au droit positif: c'est un ensemble de règles, de coutumes et d'usages en vigueur depuis leur fondation. D'après Montesquieu, "la loi, en général, est la raison humaine, en tant qu'elle gouverne tous les peuples de la terre; et les lois: politiques et civiles de chaque nation ne doivent être que les cas particuliers où s'applique cette raison humaine.
  • Dissertation sur le sens et l'utilité des "Pensées" de Pascal, répondant à la question: "Jugez-vous, comme Etienne Périer, que les "Pensées" de Pascal, constituent « un amas confus, sans ordre, sans suite, et qui ne peuvent servir à rien »" ?
    № 20317 | 1,165 mots | 0 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire cherchant à montrer en quoi les fragments qui constituent les liasses 2 à 4 sont résolument argumentatifs dans le sens d'apporter la foi au lecteur.
    № 12374 | 1,245 mots | 0 sources | 2009 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation de littérature philosophique qui étudie l'omniprésence du thème de la vanité dans l'oeuvre de Pascal.
    № 10857 | 1,920 mots | 0 sources | 2009 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires