« Aurélia », Gérard de Nerval - pages 295 et 296 Commentaire de Texte by damemaruyama

« Aurélia », Gérard de Nerval - pages 295 et 296
Commentaire des pages 295 et 296 de l'ouvrage « Aurélia », de Gérard de Nerval se demandant comment est appréhendé la mort que Nerval juge imminente.
№ 27301 | 825 mots | 1 source | 2011 | FR
Publié le déc. 11, 2011 in Littérature
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'extrait étudié représente les pages 295 et 296 de l'ouvrage « Aurélia », écrit par Gérard de Nerval, issu de la collection Folio. Il débute à « Le jour suivant » et se termine à « et c'est là que nous devons nous retrouver. »
Dans le passage précédent, Nerval a évoqué une rencontre et un rêve prémonitoire qui lui annonçait sa propre mort. Il est donc, dans ce passage, question de la mort.

Extrait du document:

La phrase suivante est un passage important : on se trouve à un moment clé si on se réfère au paganisme antique. Un des éléments clés de la superstition antique, c'est la déesse Trivia qui est la déesse des carrefours. On l'appelle aussi Hécate, déesse multiforme assimilée parfois à Diane. Elle est surtout la déesse de la magie infernale et elle guide aussi les marins. Nerval est tout entier du côté du spiritualisme mais s'il s'arrête, c'est que le carrefour est un lieu périlleux. C'est aussi parce qu'il y a un refus chez Nerval de s'en tenir à une seule voie en excluant les deux autres.

Commentaires