Capitulaire rédigé par Charlemagne en 808 Commentaire de Texte by Triscane

Capitulaire rédigé par Charlemagne en 808
Commentaire portant sur un extrait d'un acte royal rédigé par l'empereur Charlemagne en 808 et concernant la convocation de l'armée.
№ 13797 | 2,510 mots | 6 sources | 2009
Publié le févr. 28, 2010 in Histoire
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les capitulaires sont des actes royaux divisés en chapitres qui ont une portée législatives, réglementaires ou administratives. Ce capitulaire est un extrait de capitulaire sur la convocation de l'armée en 808. Il dirige essentiellement la fonction des missi dominici qui doivent rendre compte sur la participation ou non de la population à une expédition militaire qui durait souvent trois mois ou plus. L'extrait compte 9 articles qui énoncent les conditions dans lesquelles un homme doit se rendre à l'armée et les situations qui peuvent les dispenser d'y participer.A partir de ce document il serait intéressant de voir quelle est l'importance du rôle des missi dominici et sur quels critères les hommes sont soumis ou non à la mobilisation.

1) L'institution des missi dominici
2) Une convocation pour tous les hommes ?
3) Le refus de la mobilisation

Extrait du document:

Le capitulaire dresse toutes les missions que les missi dominici doivent accomplir afin de mobiliser les hommes à l'armée. Ce système de moyen de contrôle de la population, dans tout le royaume vient d'un aspect romain dont Charlemagne s'est inspiré. En réalité, les missi étaient des gens fort ignorants et les missions n'étaient pas toujours bien rempli. De plus, les missi usaient trop souvent de leur autorité auprès de la population. D'après le capitulaire, on peut donc voir que tous les hommes libres étaient invités à se présenter à l'armée, hormis quelques exceptions qui pouvaient rester chez eux pour travailler leur terre et ainsi poursuivre l'activité agricole, ou d'autres qui restaient chez leur maître pour veiller aux charges administratives des comtes et aux affaires des évêques ou des abbés. En réalité, les contingents mobilisables étaient très peu nombreux à cause du coût de l'armement. Seul les hommes riches pouvaient financer un armement de cavalerie. On estime à 100 000 le nombre d'hommes mobilisables parmi lesquels il faut compter entre 10 000 et 35 000 cavaliers.

Commentaires