Collectio canonum III-IV de Abbon de Fleury Commentaire de Texte

Collectio canonum III-IV de Abbon de Fleury
Exposé basé sur un extrait la "collection canonique" de l'abbé Abbon de Fleury portant sur sont engagement politique en 993.
№ 30838 | 1,495 mots | 0 sources | 2014 | FR
Publié le août 26, 2014 in Droit , Religion
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Cet engagement politique pris par l'abbé Abbon Fleury date de 993. Voilà 7 ans déjà qu'Hugues Capet est au pouvoir en tant que 1er roi de la dynastie capétienne. Cet abbé se situe à contre courant des évolutions. En effet, il se présente comme le défenseur de la liberté royale face aux prétentions des évêques (ceux-ci ayant l'appui civil avec le mouvement de « la paix de Dieu ») et des grands du royaume. Il reçoit la légitimité de son combat par l'appui pontifical. Au XIème siècle, cette défense est nécessaire compte tenu du fait que le roi ait du mal à asseoir son autorité au sein de son royaume. Le Sud du royaume et les régions commencent à échapper à son contrôle direct : certains détenteurs de l'autorité temporelle et spirituelle lui tournent le dos. La situation est délicate pour Hugues Capet comme va nous le présenter l'abbé Abbon Fleury dans cet extrait de sa « collection canonique » : il semble isolé sans soutien aucun.

I. Un contrat vassalique rompu
II. L'élection du roi : un choix et ses conséquences

Extrait du document:

Tout d'abord, il faut rappeler le contexte de l'élection d'Hugues Capet. Celui-ci était le prince le mieux pourvu du royaume, il était le « roi de fait ». Hugues Capet a dû sa royauté à l'élection et son avènement marque le triomphe de ce mode de dévolution royale sur l'hérédité (il « gagne » la fonction royale alors qu'il y avait un descendant héréditaire des carolingiens : Charles de Basse-Lorraine). Hugues Capet doit son élection d'une entente des grands du royaume : il est choisi par tous ceux qui ont une autorité temporelle. C'est en quelques sortes, une élection universelle comme nous le dit l'abbé Abbon de Fleury : « La 1ère se fait par l'entente du royaume tout entier ». Seulement, après quelques années de règne, les grands du royaume semblent regretter leur choix et ne plus le considérer avec l'honneur et le respect qui est dû à la fonction royale.
  • Commentaire de l'acte IV, scène 7 de la pièce de théâtre « L'avare» de Molière, se demandant en quoi, par ce monologue, l'auteur nous montre que le personnage est dépendant de son argent.
    № 17475 | 1,160 mots | 0 sources | 2007 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire des vers 1225 à 1252 de l'acte IV, scène 6 de la tragédie « Phèdre », de Racine se demandant en quoi ce passage marque une étape importante pour le personnage de Phèdre.
    № 24562 | 1,630 mots | 0 sources | 2011 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire de l'acte IV scène 4 de la pièce de théâtre « Bérénice », de Jean Racine se demandant comment ce passage reflète, à travers un monologue délibératif, l'expression du dilemme tragique.
    № 20881 | 1,380 mots | 0 sources | 2008 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires