Décret en l'honneur de Spartocos, Pairisadès et Apollonios (-346) Commentaire de Texte by Julien59550

Décret en l'honneur de Spartocos, Pairisadès et Apollonios (-346)
Commentaire d'un décret honorifique, texte épigraphique gravé sur une stèle de marbre avec un relief représentant Spartocos avec Pairisadès sur un trône et Apollonios debout à leurs côtés.
№ 9294 | 2,960 mots | 7 sources | 2008
Publié le déc. 08, 2008 in Histoire
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Nous ne connaissons pas véritablement l'auteur de ce texte car contrairement à d'autres décrets, la formule «il a plus au Conseil et au Peuple n'apparait pas ici», mais ce décret se présente plus sous une forme épistolaire avec la formule introductive «A Spartocos, Pairisadès et Apollonios, fils de Leucôn». Il semble néanmoins que ce décret fut rédigé par le Conseil comme nous pouvons le lire de la ligne 2 à 4. Dans ce décret on trouve deux propositions, l'une en l'honneur de Spartocos et Pairisadès, l'autre en l'honneur d'Apollonios. La première émane d'Androtion fils d'Andron, la seconde de Polyeuctos fils de Timocratès (ligne 4 et 35). Ce décret est donc adressé aux trois fils de Leucôn, roi du Bosphore Cimmérien. Royaume qui se situe au Nord de la Mer noire est qui comprend le détroit qui relie cette mer et la mer d'Azov. Ce décret date de 346 av. J.-C. environ soit deux ans après la mort de Leucôn. En 346 avant Jésus Christ, Philippe II, voulut mettre fin à la Troisième Guerre Sacrée.

I) La diplomatie des échanges entre Athènes et le Royaume du Bosphore
Bref historique sur le Royaume du Bosphore Cimmérien
1) Les liens entre Athènes et les rois du Bosphore Cimmérien : des liens historiques
2) L'octroi des honneurs par Athènes

II) Modalités fiscales et financières des échanges
1) Le commerce des céréales : un besoin vital pour Athènes
2) Le problème de la dette d'Athènes

Extrait du document:

En 438, la cité de Panticapée en Crimée tomba aux mains d'un prince d'origine thrace, Spartocos Ier, qui en fit le centre d'un système associant aux cités de la côte pontique les tribus de l'intérieur. Les souverains, Spartocos, puis Leucon à partir de 393, se voulurent magistrats pour les cités qu'ils régissaient mais rois des barbares. Leur titulature complexe : «archontes du Bosphore et de Théodosia, rois des Sindes, Torètes, Dandariens et Psesses» témoigne de leur sens politique et de leur capacité à comprendre comment pouvait être administré un ensemble étatique dont les diverses composantes étaient de culture différente.

Commentaires