« Des parties des animaux », Aristote Commentaire de Texte

« Des parties des animaux », Aristote
Commentaire d'un extrait de l'ouvrage « Des parties des animaux », d'Aristote se demandant si l'intelligence est liée au geste technique, en d'autres termes s'il est possible de concevoir la précédence de la pratique sur la théorie.
№ 21347 | 1,190 mots | 0 sources | 2010
Publié le nov. 28, 2010 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Grâce à la technique, l'être humain s'est affranchi de la nature et a progressé dans de nombreux domaines notamment les sciences. Le développement technique apparaît donc intrinsèque lié au développement intellectuel de l'être. C'est dans l'ouvrage "Des parties des animaux", qu'Aristote expose sa thèse selon laquelle l'homme est le plus intelligent des animaux, de par sa faculté de se servir de ses mains, comme outil de défense multiple et non unique. Dans ce passage, Aristote réfute la thèse soutenue par Anaxagore dans le Protagoras de Platon, où ce dernier soutient que l'être doit son intelligence à la technique. En effet, Aristote affirme à l'inverse que l'intelligence de l'homme permettrait à celui-ci l'utilisation des techniques. Sans ses facultés, il serait impossible à l'être de devenir technicien.

1-Comment Aristote conçoit la relation entre la main et l'intelligence
2-Comment Aristote pose la supériorité de l'homme sur l'animal

Extrait du document:

Non seulement les animaux possèdent des qualités fixes mais ils ne peuvent en changer affirme Aristote. Un pelage en effet se conserve même s'il n'est pas adapté à la température extérieure. En ce sens il peut être gênant. De même les moyens de défenses des animaux ne tiennent pas compte de la nature des attaques que ceux-ci subissent, des moyens de défense des adversaires. Encore une fois, ceci implique que la nature et la supériorité de l'animal a été déterminé par avance selon la volonté de la Nature.

Commentaires