« Discours de la méthode », Descartes - partie V Commentaire de Texte

« Discours de la méthode », Descartes - partie V
Commentaire d'un passage de la partie V de l'ouvrage « Discours de la méthode », de Descartes se demandant s'il est possible de différencier l'homme de la machine.
№ 27575 | 2,830 mots | 1 source | 2011 | FR
Publié le janv. 03, 2012 in Philosophie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'évolution des sciences et les prouesses technologiques accumulées au cours des deux derniers siècles font de notre monde actuel un monde dans lequel les outils et les machines robotisées se font toujours plus complexes et omniprésentes dans notre vie. Cependant, l'intérêt que l'homme puisse porter à ces technologies existe depuis bien plus longtemps ; si bien qu'en dépit des moyens technologiques de son époque, Descartes, dans la Ve partie de son ouvrage « Discours de la méthode » imagine déjà la possibilité que des machines ultra perfectionnées soient conçues. Cet impressionnant regard visionnaire, il l'expose dans ce texte dans lequel il compare les hommes et les automates créés à son image. La difficulté de cette comparaison réside dans le fait que la ressemblance de ces machines avec l'homme se ferait si frappante qu'il en deviendrait très délicat de les distinguer. L'extrait étudié débute à « Et je m'étais ici particulièrement arrêté » et se termine à « toutes les occurrences de la vie de même façon que notre raison nous fait agir ».
L'étude de ce texte se fera à travers trois parties dans lesquelles nous nous intéresserons tout d'abord à la notion de machine selon Descartes, pour enchaîner avec les différences et les similitudes entre l'homme et la machine et terminer par développer brièvement la notion de raison introduite par l'auteur dans son texte.

Extrait du document:

Selon Descartes, c'est entre autres dans l'intention que s'observe la différence entre l'homme et sa création automate. Bien que capable d'effectuer les mêmes gestes que celui-ci, sa réaction n'est que l'unique issue qu'un enchaînement de mécanisme qui le compose. En revanche, l'acte de l'homme est strictement indépendant de toute forme d'automatisme. Ainsi, la machine pourra « proférer des paroles », exprimer des douleurs, mais sa réaction ne se fera que dans un contexte limité au sein d'un environnement très direct.

Commentaires