"Discours de Métaphysique" Leibniz, chapitre XIV Commentaire de Texte by Rachel

"Discours de Métaphysique" Leibniz, chapitre XIV
Commentaire portant sur l'œuvre de Leibniz, chapitre XIV, concernant sa théorie des substances et de leurs dépendances mutuelles, c’est-à-dire les rapports entre substances.
№ 3732 | 2,520 mots | 0 sources | 2008
Publié le févr. 22, 2008 in Philosophie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La substance est une unité d’une diversité, mais n’est pas une réalité spatiale : elle n’est pas étendue, car ce qu’on ne peut diviser ne peut être étendu. La substance selon Leibniz ne peut être détruite selon la décomposition habituelle du corps matériel : elle est créée, peut être annihilée, mais pas détruite. Elle contient tous les prédicats propres à un individu.

Extrait du document:

C’est en faisant référence à la perfection de la création divine que Leibniz commence son Discours de métaphysique. Les conditions de cette création formeront les sept premiers chapitres environ. Par la suite, du chapitre huit jusqu’à seize, l’auteur expose sa théorie des substances, pour ensuite traiter des lois de la nature matérielle, dans les chapitres dix-sept à vingt-deux, et des lois de la nature spirituelle soit l’entendement et la connaissance, dans les chapitres vingt-trois à trente-et-un. Il en résultera les conséquences sur l’immortalité de l’âme et le rapport de l’âme et du corps, dans les chapitres trente-deux à trente-quatre. La question de l’immortalité de l’âme sera traitée jusqu’au chapitre trente sept. Le chapitre numéro quatorze, que nous allons étudier ici, traite du lien des substances entre elles...
(...) Il suppose tout d’abord que les substances sont liées à Dieu, qui les crée et choisit de les produire ou non dans notre monde. Seul notre jugement sur les choses perçues provient de nous-mêmes, et c’est ce qui nous trompe car seul Dieu voit et connaît la vérité. Leibniz suppose ensuite que l’individu a l’impression de commander et de décider des phénomènes constatés ou à venir, et cela sans se demander si ceux-ci proviennent directement de lui ou non, et par là sans se demander s’il est vraiment la cause à l’origine de ces phénomènes...
  • Commentaire de l'oeuvre « Essais de Théodicée », de Leibniz visant à déterminer si l'homme doit se fier à l'apparence ou à la raison pour atteindre la vérité.
    № 15741 | 1,685 mots | 0 sources | 2009 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire portant sur un extrait (de "Philaèthe : (…) si on peut dire" à "les vérités nécessaires de chez soi") tiré des "Nouveaux essais sur l'entendement humain" de Leibniz. (pdf)
    № 16957 | 2,725 mots | 0 sources | 2010 | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire de texte portant sur le premier chapitre de "Candide" de Voltaire où l'auteur met en place l'ironie dont il se sert pour ridiculiser la philosophie optimiste.
    № 10595 | 1,380 mots | 0 sources | 2009 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires