« Du Contrat Social » de Jean-Jacques Rousseau (I,3) Commentaire de Texte by fine007

« Du Contrat Social » de Jean-Jacques Rousseau (I,3)
Commentaire philosophique du troisième chapitre de l'essai "Du Contrat Social", dans lequel Rousseau pose la question de la légitimité du "droit du plus fort", autrement dit d’un pouvoir politique fondé sur la force.
№ 2060 | 1,990 mots | 0 sources | 2007
Publié le déc. 04, 2007 in Littérature , Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans son essai "Du Contrat Social", Jean-Jacques Rousseau cherche à déterminer le fondement du droit et établir ainsi ce que serait un ordre social légitime. Selon lui, la force et le droit appartiennent à deux ordres d’idées strictement séparés, et la domination du plus fort ne permet en rien de fonder, à elle seule, un pouvoir qui serait légitime; un pouvoir basé sur une telle domination annulerait même les notions de droit et de devoir.
Dans ce chapitre, Rousseau raisonne en trois temps.
Tout d’abord, il explique l’origine de l’idée du «droit du plus fort», et montre son incohérence; puis, en supposant son existence, il analyse ses conséquences et montre par l’absurde que l’expression est vide de sens; enfin, par deux exemples tirés du sens commun, il critique l’expression familière selon laquelle il faut «obéir aux puissances» et montre qu’en aucun cas le droit ne peut se réduire à la simple force.

Extrait du document:

Dans une première partie (l.1-6), Rousseau veut montrer l’incohérence de la notion même de «droit du plus fort», en insistant sur le fait qu’aucun droit ne peut découler de la force. D’abord il explique l’origine de cette expression. Selon lui, elle est née de la volonté du «plus fort» de pérenniser son pouvoir. La force seule, en effet, n’est pas stable, car quelqu’un peut à tout moment devenir plus fort et prendre à son tour le pouvoir; «le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître» (l.1). Pour transformer le «jamais» en «toujours» et asseoir sa domination, le «plus fort» actuel et provisoire doit trouver un moyen de rendre son pouvoir légitime, en faisant passer sa force pour un droit sur ceux qu’il assujettit, et l’obéissance contrainte de ceux-ci pour un devoir qu’ils auraient envers lui. C’est de cette action de transformation que naît, selon Rousseau, l’expression de «droit du plus fort» («De là» l.2). .
  • Bref exposé traitant des rapports de J.J. Rousseau avec l'autobiographie à travers trois œuvres : les Dialogues, Les Rêveries du promeneur solitaire et les Confessions.
    № 25025 | 1,065 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Fiche de lecture de l'ouvrage « Narcisse », de Jean-Jacques Rousseau se demandant si le rétablissement des sciences et des arts a contribué à épurer les mœurs.
    № 25031 | 1,135 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire d'un extrait de texte situé dans le Livre II de l'œuvre « Les Confessions », de Jean-Jacques Rousseau se demandant comment Rousseau présente la rencontre, quels sont les effets de cette dernière sur les personnages.
    № 17753 | 1,245 mots | 1 source | 2009 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires