"Emile ou de l'éducation" de Jean-Jacques Rousseau Commentaire de Texte by Kev'

"Emile ou de l'éducation" de Jean-Jacques Rousseau
Commentaire d'un extrait de "Emile ou de l'éducation" de Rousseau sur le thème de l'éducation de la nature et de l'homme.
№ 5852 | 1,590 mots | 0 sources | 2008
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L’éducation est la transformation de l’homme par l’homme. C’est le travail premier de la culture. Mais tout n’irait pas mieux si on laissait faire la Nature ?
En effet, selon Rousseau, toute action de l’homme non seulement transforme mais défigure ce à quoi elle s’applique, y compris l’homme lui-même. On finit par ne plus rien reconnaître – ni la nature - ni l’homme. Eduquer l’enfant n’est-ce pas inévitablement le transformer en faisant violence à sa propre nature ?
Dès lors, l’éducation, comme toute action transformatrice de l’homme, est défigurante, dénaturante même. Comment alors, partant de cette vision pessimiste de la culture, justifier encore la nécessité de l’éducation et quel sens lui donner ?
L'extrait étudié va de "Tout est bien sortant des mains de l’Auteur des choses..." à "...les objets qui nous affectent est l’éducation des choses". (pages 37-39 chez Flammarion).

Tel est le problème fondamental que nous semble soulever ce texte.

I/ Exposition de la thèse

1) Action violente de l’homme sur la nature extérieure
2) Action violente de l’homme sur l’homme

II/ Apparition du problème et de la deuxième thèse

1) Argumentation de la thèse

III/ Comment alors doit se faire l’éducation de l’enfant ?

IV/ Redéfinition de l’éducation et de son rôle

1) Argumentation sous forme d’hypothèse
2) Justification de l’importance du passage par l’enfance
3) Poursuite de l’argumentation

V/ Distinction entre les trois types d’éducation

1) L’éducation de la nature
2) L’éducation de l’homme par l’homme
3) L’éducation des choses

Extrait du document:

Il est important tout d’abord de faire la distinction culture/éducation qui est bien différente à notre époque où le mot culture a évidemment un sens plus large (on retrouve la distinction précise à la ligne 19). A partir de « Si l’homme naissait » à la ligne 19 jusqu’à « avant d’avoir connu ses besoins. » à la ligne 22, Rousseau argumente sous la forme d’une hypothèse comme quoi l’homme a nécessairement besoin d’éducation à partir du moment où il doit vivre avec ses semblables (« les autres » ligne 21). On remarque encore un nouveau paradoxe : un enfant qui naîtrait homme sur le plan physique ne survivrait pas parmi ses semblables, qui l’abandonneraient seul face à ses besoins, voyant qu’il n’a pas besoin d’assistance (donc une trop grand précocité peut nuire à l’enfant).
  • Mémoire de recherche se demandant si « Aline et Valcour » de Sade est une réécriture du roman « La Nouvelle Héloïse » de Jean-Jacques Rousseau.
    № 31078 | 26,750 mots | 33 sources | 2014 | FR | détails
    14,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire du préambule de l'œuvre « Confessions », de Jean-Jacques Rousseau, soulignant les intentions de l'auteur de révéler aux yeux de tous son innocence et sa singularité.
    № 17609 | 1,645 mots | 0 sources | 2007 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire d'un extrait du livre I «Les Confessions», de Jean-Jacques Rousseau dans lequel ce-dernier rapporte un évènement marquant de son enfance: la véritable injustice qu'il connut suite à la détérioration d'un peigne dont il n'était pas l'auteur.
    № 18732 | 1,900 mots | 0 sources | 2006 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires