« Gargantua », Rabelais, Chapitre LVII Commentaire de Texte by Gautreau

« Gargantua », Rabelais, Chapitre LVII
Commentaire de texte sur l'épisode des Thélémites correspondant au chapitre LVII de l'ouvrage « Gargantua » de Rabelais se demandant en quoi le corps n'est plus un réceptacle du plaisir, mais un objet aussi bien dompté que l'esprit.
№ 30374 | 5,060 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le janv. 12, 2014 in Littérature , Philosophie , Religion
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'extrait que nous allons étudier correspond au chapitre LVII de Gargantua, écrit en 1535 par François Rabelais, et intitulé « Comment estoient reiglez les Thelemites à leur maniere de vivre ». L'œuvre se termine sur un épisode complexe consacré à l'abbaye de Thélème, monastère offert par Gargantua à Frère Jean des Entommeurs en récompense de sa participation à la guerre picrocholine. Le traitement de cet anti-monastère imaginé par les deux personnages occupe sept chapitres ; cinq sont en prose et le chapitre LIV, qui présente l'« inscription mise sus la grande porte de Thélème » est entièrement composé en vers. Quant à « l'énigme en prophétie » qui conclut le roman, elle mêle les deux modalités énonciatives. L'auteur propose une utopie courtoise où règnent l'apparence et le luxe. Le savoir, conservé dans une grande bibliothèque, semble faire partie de l'esthétique décorative de l'abbaye-château. L'exercice de la foi ne nous est pas montré et le travail est rejeté à l'extérieur du château : des artisans, installés près de la forêt de Thélème, sont au service de cette noblesse oisive. Les habitants y sont richement vêtus et les hommes s'assortissent aux femmes dans un accord parfait. Après la description du manoir et de ses habitants, Alcofrybas Nasier s'intéresse au mode de vie des Thélémites.

Extrait du document:

Après avoir jeté les bases de la libertas christiana et justifié son application, le narrateur va s'intéresser à la mise en pratique du précepte thélémite ; cette logique de démonstration digne d'un prêcheur permettra au lecteur d'adhérer aux apophtegmes précédemment exposés. Ainsi, le complément circonstanciel de cause « Par ceste liberté » va établir un lien direct de cause-conséquence dans la première phrase de ce nouveau paragraphe. L'emploi du passé simple va traduire l'immédiateté de ce lien et retranscrire le passage d'une réflexion générale à sa réalisation particulière.

Commentaires