"Histoire de la philosophie politique" de Strauss Léo et Cropsey Joseph Commentaire de Texte

"Histoire de la philosophie politique" de Strauss Léo et Cropsey Joseph
Commentaire d'un extrait de l'ouvrage "Histoire de la philosophie politique" de L. Strauss et J. Cropsey se demandant ce que la vertu chrétienne a de différent de la vertu païenne et quelle devrait être la société et la cité selon Saint Augustin.
№ 27939 | 3,980 mots | 7 sources | 2012 | FR
Publié le févr. 20, 2012 in Droit , Philosophie
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Ci-après la référence de l'extrait étudié: Ernest L. Fortin, « Saint Augustin », in Strauss Léo et Cropsey Joseph, Histoire de la philosophie politique (1963), Paris, PUF Quadrige, 1999, pp.196-207 et 212-216.

Nous allons traiter de la pensée politique de Saint Augustin , dans un extrait de l'étude d'Ernest L. Fortin, au travers d'un article publié dans un ouvrage dirigé par Léo Strauss et Joseph Cropsey . Dans cet extrait, on s'aperçoit que sa doctrine politique repose sur la vertu. Il a été influencé par Cicéron et donc de manière plus large par Platon. La justice permet de réglementer les relations entre les hommes et selon lui, toute société existe par une communauté d'intérêt et une reconnaissance commune du droit, en accord avec l'écriture Sainte. Selon Augustin, la société la meilleure souhaitée par les philosophes païens n'est qu'un discours puisqu'elle n'existe qu'en théorie.

1. Section I : la société civile selon Saint Augustin
2. Section II : les deux cites et la dichotomie entre la religion et la politique

Extrait du document:

Augustin définit la société civile à partir de la définition de Cicéron qui est que la société civile est « un rassemblement d'homme associés par une reconnaissance commune du droit et par une communauté d'intérêt » . Augustin reprend donc cette définition mais en ôtant toute les références à la justice et à la vertu. Pour lui, donc, une société est« un rassemblement d'homme associés par un accord sur les objets de leur amour » . En effet, selon lui, la justice humaine est parfaite sur la forme, mais en pratique elle est impossible à réaliser du fait du caractère mauvais des hommes. En effet, la pensée de saint Augustin s'inspire en partie de l'Hortensius de Cicéron et s'accorde donc avec cette dernière sur le fait que la plus grande recherche du désir humain est le bonheur.

Commentaires