"Histoire des îles britanniques" de Fabrice Bensimon Commentaire de Texte by Massai

"Histoire des îles britanniques" de Fabrice Bensimon
Commentaire de la 4ème partie de l'ouvrage "Histoire des îles britanniques" de Fabrice Bensimon intitulé : "La Grande-Bretagne et l'Irlande à l'époque contemporaine" portant sur l'apogée de l'ère victorienne et le déclin du dernier siècle.
№ 21369 | 11,885 mots | 0 sources | 2010
Publié le nov. 29, 2010 in Histoire
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En 1975, tournant dans l'historiographie britannique : J.G.A. Pocock jette les bases de la « new British History » à la suite de A.J.P. Taylor (auteur du volume 1914-1945 de l'Oxford History of England). L'idée est de ne plus englober les Ecossais, les Irlandais et les Gallois dans l'histoire de l'Angleterre, mais d'écrire l'histoire de ces 4 nations et de leurs interactions. On fait maintenant l'histoire des îles Britanniques. Parallèlement s'est développé les études sur la Britishness.
On peut toutefois estimer que de 1801 à 1922, la Grande-Bretagne et l'Irlande font partie du même Royaume-Uni. Les historiens irlandais estiment cependant que les deux entités avaient plus de différences que de points communs : structures économiques, rapports entre les classes sociales, forces politiques, tendance religieuse, pratiques culturelles… De même, la législation pour l'Angleterre-Galles s'appliquait rarement telle qu'elle à l'Irlande.

1. Chapitre 18. L'atelier du monde, 1815-1875
2. Chapitre 19. Société, culture et religion au XIXème siècle
3. Chapitre 20. L'Angleterre victorienne, un modèle démocratique ?
4. Chapitre 21. Une hégémonie contestée, 1875-1914
5. Chapitre 22. La Grande-Bretagne d'une guerre à l'autre, 1914-1945

Extrait du document:

La Grande-Bretagne a connu un développement économique au XIXème siècle qui lui a assuré le leadership européen entre 1850 et 1875. Ces progrès ont nourri et se sont appuyés sur une forte expansion démographique (milieu du XVIIIème-XIXème siècles). La révolution industrielle a donné à l'économie britannique une nette avance en favorisant l'essor des villes où la population devient majoritaire en 1850, les progrès de l'agriculture et donc de l'exode rural, les progrès des transports avec l'aménagement de routes, de canaux et l'arrivée du chemin de fer. L'Irlande ne profite guère de ces progrès.

Commentaires