« Hymne athénien en l'honneur de Demetrios Poliorcète», Douris de Samos Commentaire de Texte

« Hymne athénien en l'honneur de Demetrios Poliorcète», Douris de Samos
Commentaire sur l'« Hymne athénien en l'honneur de Demetrios Poliorcète», de Douris de Samos et visant à comprendre la représentativité de ce texte et quelles conséquences et révélations en sont induites.
№ 17264 | 3,870 mots | 0 sources | 2009 | FR
Publié le juin 25, 2010 in Histoire , Théologie
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Cet hymne au caractère dionysiaque, tendant à la démesure, est cité dans les Deipnosophistes, collection d'anecdotes et de citations lors d'un banquet de fin lettrés, d'Athénée, érudit grec du IIIème. En effet, écrit en 291, cette courte adresse au roi de Macédoine, Démétrios, évoque sa déification et la soumission d'Athènes face à ce vainqueur sur les traces d'Alexandre le Grand. En plus de cet éloge lyrique, le peuple d'Athènes lui adresse une prière et lui expose concrètement la situation problématique dans laquelle ils sont enlisés. Concrètement, après le démembrement de l'Empire d'Alexandre puis celui du Royaume de séleucide, s'installe une grande innovation politique, l'institution monarchique, qui se développe dans tout le monde hellénistique et qui donne lieu à des hymnes panégyriques et implorants. D'où vient ainsi cette divinisation des chefs et comment s'expose-t-elle ? Au-delà de cet hommage cultuel et si le chant de Douris de Samos semble simplement illustrer le phénomène de divinisation des rois, n'y a-t-il pas derrière cette supplication une critique implicite de la société athénienne et plus largement, grecque, du IVème et IIIème siècle ?

I/ Le dithyrambe fait au roi divinisé grâce à ses exploits
II/ La prière faite à ce descendant indirect d'Alexandre lors d'une période conjoncturelle difficile
III/Les conséquences psychologiques et historiques de cet hymne et de la sacralisation des rois en général

Extrait du document:

Cet hymne grec est donc dédié à Démétrios Ier Poliorcète (= preneur de villes, art de conduire des sièges) (v.337 – 283 av. Jc), fils de Antigonos Monophtlamos, Antigone le Borgne, lieutenant d'Alexandre le Grand. A la mort d'Alexandre en 323 s'entame une lutte pour le contrôle des territoires. Antigone et son fils ayant pour idéologie l'Unification de l'Empire. En 306-307, Démétrios bat Ptolémée Ier Sôter, roi d'Egypte, à Salamine de Chypre.

Commentaires