"L'éthique" de Spinoza Commentaire de Texte

"L'éthique" de Spinoza
Commentaire de l'extrait " De l'origine et de la nature des affections", troisième partie de l'œuvre, "L'éthique", de Spinoza exposant sa vision des relations entre le corps et l'esprit.
№ 15118 | 1,965 mots | 0 sources | 2008
Publié le avr. 25, 2010 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'Ethique est l'œuvre de référence de Spinoza, ses plus grandes idées sont concentrées dans cet ouvrage. L'un des grands sujets d'études de l'Ethique est de déterminer s'il y a ou non un lien entre le corps et l'esprit. Sa conception du problème est souvent mise en opposition avec celle de Descartes, les deux s'opposant ou se rejoignant en certains points. Alors, y a-t-il un lien entre corps et esprit ? L'un agit-il sur l'autre ? Selon Spinoza, et cela sera le fil conducteur de son argumentation dans cette seconde proposition de la troisième partie de l'œuvre, De l'origine et de la nature des affections, l'esprit n'influe pas sur le corps et le corps, à son tour, n'influe pas sur l'esprit, bien que les deux fassent partie d'une même substance.

I. Spinoza expose sa thèse, selon laquelle le corps et l'esprit sont indépendants l'un de l'autre
II. Spinoza adresse une critique à ce que beaucoup pensent, comme Descartes, qui est que l'esprit influerait sur le corps pour ensuite démontrer par l'expérience la fausseté de cette affirmation
III. Spinoza pense que beaucoup de monde pensent ceci du fait de leur ignorance

Extrait du document:

Selon lui, le corps et l'esprit proviennent d'une même substance. Ici réside ce que l'on peut voir comme un paradoxe chez Spinoza : le corps et l'esprit agissent indépendamment l'un de l'autre tout en faisant partie d'une même et unique substance : « l'esprit et le corps sont une même chose, conçue tantôt sous l'attribut de la Pensée, tantôt sous l'attribue de l'Etendue. ».

Commentaires