"L'évolution créatrice" de Henri Bergson - chap 1 Commentaire de Texte

"L'évolution créatrice" de Henri Bergson - chap 1
Commentaire du chapitre 1 de "l'Evolution Créatrice" de Henri Bergson qui à travers ce chapitre jette les bases pour établir sa théorie de l'élan vital.
№ 13318 | 1,800 mots | 0 sources | 2009
Publié le déc. 28, 2009 in Philosophie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Henri Bergson est né en 1859 et est mort en 1941. Il a donc été là à un moment « révolutionnaire » dans les sciences. Son parcours contient entre autre un passage à l'Ecole Normale supérieure en même temps que Jean Jaurès, une agrégation de philosophie, une carrière de professeur à l'Ecole normale supérieure ainsi qu'au Collège de France. En 1914, il entre à l'Académie française. Philosophe français et prix Nobel de littérature, il a été l'auteur d'une philosophie de la connaissance et du vivant. Bergson s'oppose au positivisme et au matérialisme en sciences. Face à cela, il tente d'élaborer un nouveau spiritualisme pour qui le hasard et la matière ne seraient pas prépondérant.

Extrait du document:

Le rôle « d'isolateur » que nous jouons pour les corps inorganisés, nous ne pouvons le prendre pour le vivant, c'est la Nature qui le tient. Il n'y a pas dans celle-ci de vraies individualités car cela supposerait des réalités faites, or la vie est toujours en mouvement. De plus, il est impossible de détaché tous les êtres vivants, l'individualité propre n'existe pas, sa définition ne peut être qu'imparfaite, ou non-absolue. Le problème réside dans le fait qu'on fait souvent une analogie entre la matière brute, les corps inorganisés, et le vivant, les corps organisés. La différence est que ces derniers ont la possibilité d'évoluer. Tout ce qui est vivant évolue, « partout où quelque chose vit, il y a, ouvert quelque part, un registre où le temps s'inscrit ». Le souci vient aussi que la vie est une éternelle recherche de l'individualité. On a cherché à appliquer les lois des corps inorganisés au vivant. Cela a abouti au mécanisme. Celui-ci est lié au temps. On s'obstine à croire que les événements sont réversibles et surtout qu'ils se répètent.

Commentaires