"La critique de la faculté de juger" de Kant Commentaire de Texte by chabou

"La critique de la faculté de juger" de Kant
Commentaire de l'essai philosophique de Kant dans lequel il opère une véritable rationalisation de l’esthétique et compare l’agréable au beau.
№ 3571 | 900 mots | 0 sources | 2005
Publié le févr. 18, 2008 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Tout Homme a déjà fait l’expérience de l’agréable et celle du beau sans pour autant connaître parfaitement quelle frontière distingue ces deux jugements.
Kant distingue l’agréable, propre à chacun, du beau qui exige l’universalité.
Le beau, considéré seulement comme agréable, serait renfermé dans la sphère des sensations et soumis par conséquent à la différence des goûts; il ne pourrait mériter cet assentiment universel qui est le véritable caractère de la beauté.

Extrait du document:

Dans un premier temps, Kant définit ce qui est agréable, l’extrait débute ainsi par « en ce qui concerne l’agréable » et va développer sa thèse.
Tout objet répondant à un besoin suscite un désir; une fois ce désir satisfait, j’éprouve un plaisir (non pas esthétique) mais purement sensible : il s’agit de l’agréable. L’agréable est un plaisir pris par les sens. Il peut en effet s’agir d’un plaisir auditif, gustatif, visuel ou encore tactile. Il est donné par le corps dans sa complexité singulière; il s’agit d’un « sentiment particulier ». Ceci signifie qu’il appartient seulement à certains individus ou à un seul. Ainsi l’auteur soutient la thèse suivante : l’agréable est singulier et subjectif, c’est à dire qu’il n’a de valeur que pour une personne; il est « restreint à une seule personne » et plus justement encore il est propre à chaque corps.

Commentaires