La sainteté de Louis IX Commentaire de Texte by niakniak2

La sainteté de Louis IX
Commentaire de texte portant sur la sainteté de Louis IX d'après deux textes : un sermon du Pape Boniface VIII et une bulle ecclésiastique se demandant quels éléments de la vie de Saint Louis permettent de le considérer comme un roi exemplaire.
№ 23253 | 3,200 mots | 0 sources | 2010
Publié le mars 20, 2011 in Histoire , Religion
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le texte est une procédure juridique d'enquête ecclésiastique, en vue de la canonisation de Louis IX (1226-1270). L'auteur de ces deux textes est le Pape Boniface VIII, de son vrai nom Benoit Gaëtani, il est né en Italie vers 1234 et est élu Pape le 24 Décembre 1294. C'est lui qui prononce la canonisation de Saint Louis. En ce temps de renaissance du droit, le pape Alexandre III, par sa lettre Aeterna et incommutabilis (1171-1172), formula clairement qu'il n'était pas permis de vénérer publiquement quelqu'un comme saint, sans l'autorisation de l'Église romaine. Décision réitérée, explicités et effectivement observée par Innocent III lors de plusieurs canonisations, et définitivement promulguée par le IV concile de Latran (1215). Le premier texte est un sermon du Pape Boniface VIII, fait le 6 août 1297, moins d'une semaine avant la canonisation de Louis IX. Il retrace la vie de Saint Louis, tout en insistant sur ses bonnes œuvres et sur les éléments qui font de lui un « saint ». Le deuxième texte est une bulle prononcée le jour de la canonisation de Saint Louis, d'ailleurs comme on peut le voir à la fin du texte, avec l'eschatocole qui annonce officiellement la canonisation de Saint Louis. Dans ce texte, le pape reprend les éléments importants de la vie de Saint Louis, comme il l'a fait dans le texte précédent, tout en insistant sur ses bonnes œuvres, lié à sa foi chrétienne.

I. « Roi de justice, roi de paix »
II. « Un roi très chrétien »
III. Saint Louis, défenseur de la chrétienté

Extrait du document:

Il écoute fréquemment trois ou quatre messes par jour. Il se lève toutes les nuits pour chanter matines. Il respecte scrupuleusement les jeûnes, qui sont de toutes les pénitences la plus physique et la plus spirituelle à la fois. Il respecte aussi les abstinences prescrites par l'Église, en plus de celle qu'il s'impose. En outre, il est adepte de la flagellation et du port du cilice, ce qui lui vaut l'admiration et les réticences de ses conseillers religieux, ils jugent ces pénitences trop poussés pour un roi et surtout pour un laïc.

Commentaires