"Le fondement de la morale", Marcel Conche Commentaire de Texte

"Le fondement de la morale", Marcel Conche
Commentaire de texte sur l'oeuvre de Marcel Conche "Le fondement de la morale" portant sur la "justification du droit de punir".
№ 20078 | 1,540 mots | 1 source | 2009
Publié le sept. 20, 2010 in Philosophie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« On a le droit de punir seulement celui qui est capable d'être puni », explique Conche. Le droit, c'est le pouvoir d'exercer une action. Ainsi, le droit, c'est avoir potentiellement la possibilité d'agir selon la loi du Bien, au nom du sens moral ? Punir, c'est sanctionner, faire subir une réprimande, réduire autrui à la soumission, le soustraire aux règles de la punition. On l'oblige à accepter, du moins physiquement, des contraintes ceci dans le but de lui faire comprendre la gravité de son délit et de le faire évoluer au sein de la société. Mais, dès lors qu'on nous puni, on nous enlève des droits, notamment celui de la liberté individuelle. Comment peut-on alors avoir le droit de punir puisque punir n'est pas moral ? Le droit n'est donc pas forcément quelque chose de légitime. Avoir le droit n'est donc pas avoir le potentiel pouvoir d'exercer une action au nom de la morale mais au nom du bon fonctionnement de la société. Conche explique que seules les personnes capables de comprendre doivent être punies. La punition ne doit être réservée qu'à une certaine catégorie de personnes ? Elle ne doit donc pas être la même pour tous ? Ceci enfreindrait dès lors la devise française « liberté, égalité, fraternité » et donc les fondements mêmes de la société française. Cependant, Conche distingue deux catégories de personnes : l'une apte à être punie, l'autre non. Faut-il punir systématiquement ? Ceci selon les codes conventionnels, civil et pénal, ou faut-il prendre en considération d'autres critères ? Mais cela ne risque-t-il pas de fragiliser les fondements de la société même ?
Pour répondre à ces questionnements, la thèse de Conche sur le droit de punir sera examinée, puis les limites d'une telle réflexion seront analysées.

Extrait du document:

En outre, chacun de nous est fou. Il faudrait donc tous nous bannir de la société et nous mettre à l'asile car nous avons en nous des pulsions que nous pouvons ne pas ou ne plus maitriser. C'est contingent. Pourquoi alors « bannir » de la société certains fous alors que nous sommes tous fous, nous avons tous une névrose. Tout le monde, sans exception, a sa parcelle de folie. Selon Conche, il faut isoler les personnes qui mettent ou ont mis en danger la vie des autres. Mais comme nous avons tous une liberté effrayante qui nous permet à tous de mettre en danger la vie d'autrui, son propos ne marche pas car il faudrait alors isoler tout le monde. Or, c'est impossible à réaliser dans les faits de plus que nous ne sommes pas conçus pour vivre seuls.

Commentaires