« Le Gai Savoir », Nietzsche – paragraphe 354 Commentaire de Texte by Phil89

« Le Gai Savoir », Nietzsche – paragraphe 354
Commentaire d'un extrait du paragraphe 354 de l'ouvrage « Le Gai Savoir », de Nietzsche traitant de la conscience et de son rapport au langage.
№ 30846 | 2,480 mots | 1 source | 2014 | FR
Publié le août 26, 2014 in Philosophie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Le Gai Savoir » de Nietzsche paraît en 1886 à la fin du dix-neuvième siècle, période de renouveau et de découverte scientifique et philosophique. Le texte étudié, tiré du paragraphe 354 de l'ouvrage débute à « la conscience n'est qu'un réseau de communications entre hommes » et se termine à « ce qui révèle l'origine même de la conscience », s'intéresse à la notion de conscience, passage quasiment obligatoire pour tout philosophe. Nietzsche marque ici une rupture dans l'histoire de la définition de la conscience de soi en allant à l'encontre de l'héritage cartésien. Depuis la philosophie antique, la conscience réflexive distingue l'homme de l'animal. Elle est le propre de l'homme, cette capacité à se connaître en tant que sujet au fondement de ses pensées et de ses actes permet à l'homme de s'arracher à sa condition de simple animal. C'est de cette forme de conscience, la conscience réflexive qu'il est question dans ce texte, plus précisément de l'origine de cette conscience. Comment et pourquoi la conscience est-elle le propre de l'homme ? Est-elle donc innée, comme l'a pensé la tradition philosophique platonicienne ou à l'inverse acquise ? Si l'animal peut vivre sans se savoir sujet de sa pensée, quelle fonction remplit donc la conscience de soi ? Pourquoi l'homme en est-il doué ? Quel intérêt en tire-t-il ? Pour Nietzsche, la constitution de la conscience de soi explique sa fonction.

Extrait du document:

La conscience de soi ne rend pas l'homme libre, mais elle vient témoigner de son asservissement à la communauté. L'homme est dépendant de son semblable, par la conscience il exprime cette dépendance, une vie individuelle ne nécessitant nullement la conscience. Pour Nietzsche, l'homme solitaire peut vivre, manger, voir, sentir, subir ses cinq sens sans pour autant trouver un quelconque intérêt dans le retour réflexif sur soi, sur ses pensées. La conscience est dévalorisée. L'adjectif « mauvaise » (16) qualifiant la pensée consciente est difficile à saisir dans cette traduction, toutefois il peut légitimement apparaître comme synonyme de médiocrité.
  • Commentaire d'un extrait de cet ouvrage de Nietzche qui a pour thème la conscience, ou plus exactement, la vie consciente du sujet en tant que réseau de communication et agent de la connaissance de soi.
    № 9579 | 1,740 mots | 0 sources | 2008 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire de la deuxième partie du texte « Schopenhauer éducateur » issu de l'ouvrage « Considération inactuelle », de Nietzsche se demandant si la transmission d'un savoir doit plus se faire en vue d'humanité que d'avancée dans la science.
    № 29460 | 1,775 mots | 0 sources | 2011 | FR | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire d'un extrait de l'oeuvre "Le gai savoir" ["La conscience n'est qu'un réseau"..."l'origine même de la conscience."] de Nietzsche concernant la conscience. (pdf)
    № 18858 | 1,080 mots | 0 sources | 2008 | FR | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires