« Le loup et l'agneau », Jean de la Fontaine Commentaire de Texte

« Le loup et l'agneau », Jean de la Fontaine
Commentaire, sous forme de plan détaillé, de la fable « Le loup et l'agneau », de Jean de la Fontaine se demandant en quoi cette fable dénonce habilement la violence masquée de ceux qui cherchent à justifier par une logique pervertie leur cruauté.
№ 30880 | 2,370 mots | 0 sources | 2014 | FR
Publié le août 29, 2014 in Littérature
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Jean de La Fontaine puise chez les Anciens, le Grec Ésope et le Latin Phèdre, la trame de ses fables (il ne s'en est jamais caché). Comme les Anciens, ses intentions sont éducatives ; son originalité réside dans sa façon toute personnelle de raconter. Selon lui :" le corps est la fable, l'âme la moralité", « Une morale nue apporte l'ennui, le conte fait passer le précepte avec lui ».
Outre l'évidente intention éducative se profile souvent une analyse critique du contexte politique qui fut le sien : la monarchie absolue. Tel est le cas de la célèbre fable « Le loup et l'agneau », dont la portée est universelle.

I- L'inversion de la structure traditionnelle de la fable
II- Un procès perverti
III- La « raison du plus fort est toujours la meilleure »

Extrait du document:

L'agneau vouvoie le loup qui le tutoie. À cette première marque de respect s'en ajoute une seconde : l'agneau utilise la troisième personne pour s'adresser au loup : la distance est ici synonyme de respect : ‘se mette', ‘Elle considère', ‘Elle', sa boisson”. Le destinataire des paroles de l'agneau est désigné par les termes “Sire”, “Majesté” qui sont traditionnellement associés au roi. Or le roi des animaux n'est pas le loup, mais le lion. Il s'agit peut-être d'emblée de suggérer que le loup est considéré et se considère comme un souverain juge.

Commentaires